Tenebrae a perdu sa Reine il y a de ça de longues années.
Mais aujourd'hui, elle est revenue. Tenebrae renaitra.
Qui seras-tu ? Avec qui seras-tu ?
 

It's not a simply question of robbery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Zone RPG : La Terre des Hommes :: Les grandes villes :: Zones d'activités :: Quartiers commerçants
Roxane Claes
avatar
Voleuse
Voleuse
Messages : 11
MessageSujet: It's not a simply question of robbery 01.07.18 22:42
It's not a simply question of robbery
Roxane Claes &  Shanxiki Horishiki

   

   

Un léger cliquetis annonça l’ouverture de la porte. Cela aurait presque été trop facile. Je fermai un instant les yeux, savourant ma victoire. Il ne m’aura fallu qu’un quart d’heure pour crocheter la serrure ; à croire que ce type n’avait pas pensé à sécuriser outre mesure sa boutique. A moins que ce ne soit un oubli…Ou qu’il soit certain de ne jamais se faire voler. Après tout, se frotter à un homme de sa réputation, c’était presque du suicide.

D’ordinaire, je ne m’y serais pas même risquée. Mais cette fois, la situation était trop urgente. Aucun péril ne pouvait me freiner : mon père était en danger. A tout moment, il pouvait sombrer dans une maladie étrange – ce foutu miasme qui s’épanchait partout dans la ville, dans le pays et peut-être même dans le monde – le défigurant à jamais. Je ne voulais pas qu’il se transforme en bête, alors que tout le clan avait besoin de lui. Alors que j’avais besoin de lui.

Mes paupières se soulevèrent rapidement, me replongeant dans une concentration appliquée, tandis que je glissais dans la boutique. Personne ne surveillait les environs et, à priori, personne n’était ici non plus. Le champ était totalement libre. Un calme plat sembla répondre à mes pensées, preuve que rien ne pourrait m’arriver. Aucun voisin, de plus, qui n’aurait pu même m’entr’apercevoir. La zone était entièrement commerciale et l’heure beaucoup trop tardive – ou trop tôt, c’était selon – pour que je croise qui que ce soit.

-Bon. Il ne faut pas que je traîne. On ne sait jamais.

Je m’emparai d’un ruban qui trônait toujours dans ma poche, m’attachant les cheveux pour dégager mon visage. Tout le contenu de l’établissement s’aligna à ma vue, mon cerveau cherchant d’ores et déjà une stratégie de recherche relative à l’objet que je comptais trouver. Je n’étais pas sûre que le tenancier ait le remède, mais il était l’un des espoirs les plus importants que j’ai épluché ces derniers jours. Ma famille n’ignorait pas ce que je cherchais et, même s’ils essaient de me dissuader à demi, certains m’avaient quand-même indiqué l’emplacement de chaque article pour m’aider. Je savais que je ne partirai pas sans ce que je cherchai – mais, si j’avais le malheur de me tromper, je prendrais n’importe quoi d’autre qui ait de la valeur. Enfin, n’importe quoi après les quelques éléments que j’avais déjà fourrés dans un sac, par pure déformation professionnelle.

Mon regard s’arrêta net sur une énorme armoire vitrée qui présentait un nombre incalculable de fioles. Cette fois, plusieurs verrous cadenassaient ces petits trésors, preuve qu’il y avait plus d’une richesse là-dedans… Une vague d’espoir envahit mon être, comme un fourmillement délicieux, mais je le réprimais rapidement : je n’avais besoin d’aucun sentiment perturbateur pour le moment, qui risquait de me compromettre d’une manière ou d’une autre. Replaçant mes gants dans une expression neutre, je m’avançais vers la porte vitrée, étudiant chaque fermeture avec précaution. Les mécanismes étaient complexes et je n’avais malheureusement pas le temps de les démonter un part un.

-Espérons que je ne déclenche pas d’alarmes ou quoi que ce soit…

Ma voix n’était qu’un murmure, inaudible pour n’importe qui, mais assez puissante pour me redonner le courage de fracasser la vitre qui me faisait face. Je restai un instant interdite, en suspension dans mes mouvements, à l’écoute du moindre bruit qui dénoncerait ma présence. S’il se passait quoique ce soit, je prendrais le plus de fiole possible dans mon sac, et je partirai sans demander mon reste. J’aurais peut-être même dû faire ça immédiatement, profitant pour vendre ce qui ne m’intéressait pas directement. Mais une sorte d’honnêteté dans le rapt me contraignait à étudier chaque contenu à la recherche d’un remède universel ou plus précis.

En fait, j’étais tellement concentrée sur ma tâche que mon attention se délaissait petit à petit, visant simplement chaque étiquette que mes yeux découvraient. Aussi ne vis-je personne arriver et ne l’entendit encore moins.

Oh, il n’était jamais bon d’avoir des sentiments lors d’un vol, aussi bénin fut-il. Il y avait toujours quelque chose qui finissait par nous trahir. Et là, en l’occurrence, ce quelque chose était tout bonnement moi.


   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Shanxiki Horishiki
avatar
Ange Marchandeur
Ange Marchandeur
Messages : 5
MessageSujet: Re: It's not a simply question of robbery 01.07.18 23:22


Pour ceux qui croyait que le gérant de ce petit commerce dormait, ils se trompaient lourdement. Il dormait très peu, n'ayant pas le besoin de dormir une éternité comme un humain...enfin...une éternité n'était pas vu de la même façon pour les êtres comme lui de toute façon. C'est pourquoi de nuit il travaillait en extérieur avec les monstres de la nuit, telle que les vampires par exemple. Cette nuit avait été synonyme de troque.

Le vampire en question avait besoin de quelques pochette de sang. En échange, il avait reçu du sans de vampire et quelques babioles histoires de compenser ce qui manquait afin que l'échange soit juste. Beaucoup d'anges ne seraient pas d'accord avec les techniques de Shanxiki et c'est pourquoi personne d'autre n'était au courant. Enfin...le moins possible. Il savait qu'un jour des anges débarqueraient dans l'établissement. C'était également un des points faible de sa boutique. Il n'avait presque aucun article d'ange et il ne voulait guère donner de sa personne. C'était la les articles plus chère pour le coup.

Revenant donc à la boutique afin d'y déposer son gain, il fut stupéfait de voir que la porte était ouverte lorsqu'il empoignait la poignée. Il fronça les sourcils, sur d'avoir verrouillé la porte lorsqu'il s'en était allé. Il ouvrit donc la porte lentement afin de faire le moins de bruit possible et entra...observant alors sa petite collection et a travers les vitres pour voir si il y avait personne...C'est alors qu'il vit une silhouette dans le fond de son commerce.

Il posa son éprouvette et ses acquisitions sur une étagère silencieusement et il alla chercher dans un petit coin une lance d'acier qu'il cachait. Il fallait être prudent avec ce genre de marché noir et cacher des armes à gauche et à droite lui assurait le fait d'être armée dans les moindre circonstances. C'était la première fois que l'on osait s'infiltrer de la sorte chez lui et dieu sait qu'il n'aime pas ça...

Il s'approchait alors dans le dos du voleur, silencieusement...il n'avait pas l'intention de tuer celui-ci avant de savoir pourquoi il agissait de la sorte. Qu'importe si ces intentions sont bonne ou pas, ce qu'il faisait était une attaque à ce qu'il mettait en place depuis des années.

Une fois derrière, il passa son bras avec rapidité sous le sien afin de venir lui empoigner la gorge tout en restant derrière elle, son avant bras contre sa poitrine pour la tenir contre lui. Oui, c'était grâce à sa poitrine qu'il devinait maintenant que c'était une femme et de son autre main, il tenait la lance qu'il pointait au niveau de son ventre, par le côté, n'hésitant pas à laisser la pointe de celle-ci pénétrer sa peau afin qu'elle comprenne bien qu'elle est dans une situation critique et qu'il ne rigolait pas.

-Tu es courageuse...c'est bien la première fois qu'on ose venir me voler...

Il se déplaça alors avec elle afin de se retrouver devant un miroir, dans un coin éclairé par les rayons de la lune et il pouvait ainsi la regarder dans les yeux par le reflet. Il la regardait attentivement dans les yeux, allant savoir si elle mentait ou pas dans ses réponses, faisant en sorte de lui tenir la tête en même temps que de lui serrer le cou de sa main.

-Je te préviens...Tu vas répondre à mes questions...Et ne t'avise pas de mentir, je saurais à la valeur de ta réponse si tu me dis la vérité...


Elle pouvait voir la lance au niveau de son ventre par le miroir. La menace était bien réel. Elle pouvait voir son visage sérieux par le reflet du miroir, tout comme lui. Mais bien que ce soit une femme, cela n'allait pas perturber ses gestes.

-Expliques moi ta venu ici...que venais-tu voler ? Qu'est-ce qui te pousse à faire ça ? Si tu ne me mens pas, tu auras peut-être la chance de repartir sans être punie...

Il ne lui précisait pas après lui avoir rendu ce qu'elle avait mis dans ses sacs bien sur...Le piège était la. Il allait faire de cette demoiselle son petit jeu de la nuit...Il vint même mordiller son oreille et lui murmurer en chuchotant.

-Et je veux des réponses instantanée...pas la peine de réfléchir à ce que tu vas me dire...

Revenir en haut Aller en bas
Roxane Claes
avatar
Voleuse
Voleuse
Messages : 11
MessageSujet: Re: It's not a simply question of robbery 04.07.18 23:00
It's not a simply question of robbery
Roxane Claes &  Shanxiki Horishiki

   

   

Une respiration. Un soupir. Des tintements de verre qui s’entrechoquent ; tant d’éléments qui interrompent la quiétude de l’instant. Une respiration, encore. Et puis un souffle, nouveau, inattendu. Le temps que je réalise qu’il y a quelqu’un derrière moi, il est déjà trop tard.


Et merde !


Je m’apprête à donner un coup de coude à l’assaillant, mais mes mouvements sont beaucoup trop lents. Un bras m’emprisonne, enlacé autour de ma poitrine, prêt à arrêter la moindre tentative de fuite. Ma gorge est prise en tenaille alors qu’une lame pénètre légèrement dans mon abdomen, preuve que l’individu n’hésitera pas à me blesser. Tout mon corps se crispe, amené en un point de tension qui pourrait me sauver au cas où la garde de ce type baisserait. Un homme, oui. Il n’y a pas de doute là-dessus ; le muscle de son bras, ses mains puissantes et son torse me le susurrent très clairement : je ne suis pas du tout en position de force. Il fallait être patient ; attendre l’instant propice pour m’échapper. Il était hors de question que je moisisse longtemps ici, et encore moins dans un poste de police.

-Tu es courageuse...c'est bien la première fois qu'on ose venir me voler...

Oh, personnellement, je n’aurais pas appelé ça du courage, mais une grande stupidité. Mais au moins, il venait de témoigner d’une information cruciale : il s’agissait bel et bien du propriétaire du magasin et non pas quelque autre brigand ou officier que ce soit. Si cela était une bonne nouvelle, je n’en étais pas aussi certaine. D’autant qu’il ne semblait pas vouloir me tuer. Ou en tous cas, pas tout de suite. Sinon, il y a longtemps qu’il aurait crié pour avertir les quelques âmes perdues des environs.

Ses pas s’avancèrent, m’obligeant à faire de même, et ils s’arrêtèrent rapidement en plein dans un faisceau de lumière. Face à nos deux corps, un miroir. Face à mes yeux, ses deux iris plantés dans les miens. Face à sa placidité, ma froideur. Je n’avais pas desserré les mâchoires, et le regard que je lui lançai était loin d’être aimable. Comme si j’étais dans une quelconque position de force. Ce qui, en réalité, était loin d’être le cas.

-Je te préviens...Tu vas répondre à mes questions...Et ne t'avise pas de mentir, je saurais à la valeur de ta réponse si tu me dis la vérité...

Mon attention se fit plus élevée encore, tandis que mon corps se crispa davantage. J’ignorai le but de son petit jeu, mais je ne me laisserai pas entraîner dans ses conneries. Il n’avait aucun moyen de savoir si mes mots étaient vérités. Aucun. Et puis, de laquelle parlait-il exactement ? Parler ne m’effrayerait pas, tant que cela n’impliquerait pas les miens. Eux devaient rester en dehors de ce choix qui m’avait amené ici ; choix que j’assumais seule uniquement.

Mon regard se fit plus dur, et je me permis de le détailler plus largement. Ce qui me surprit le plus, ce fut la jeunesse de ses traits. A la réputation de sa boutique, j’avais réellement cru qu’il s’agissait d’un vieux rabougri, à tout le mieux un homme de la cinquantaine. Mais jamais je n’aurais pensé à un homme si jeune. S’il était bien foutu, ça, l’instant ne me permettait pas de le critiquer. A vrai dire, tout ce que je voyais à part les limites de son âge, c’était un ennemi potentiel, en plus d’être ma propre victime de mon vol.

-Et je veux des réponses instantanées...pas la peine de réfléchir à ce que tu vas me dire...

Sa bouche s’était rapprochée de mon oreille, en mordillant le lobe sans ménagement. Je ne sus pas, entre la surprise et le choc, quel sentiment choisir. Perplexe, mes yeux s’écarquillèrent, laissant un instant place à une jeune demoiselle faible et – presque – innocente. Mais ce ne fut que de courte durée ; bientôt, je lui écrasai le pied sans ménagement, signe de mon agacement sans pour autant lui faire réellement mal. Je n’oubliai pas, qui de nous deux, était le plus avantagé dans cette situation. Me compromettre était inutile ; maintenant, ce genre de fioriture était excessif. Je ne sais pas à quel genre de femme il avait l’habitude de se frotter, mais j’étais certainement loin de faire partie de ces grognasses.

-Arrête ça, tu veux ? Je veux bien répondre à tes questions, mais ne me touche pas.


Je profitai du léger moment de surprise pour me dégager quelque peu de son emprise, avisant un regard glacé sur son visage. Mes bras se croisèrent sur ma poitrine, mon menton se leva légèrement dans un mouvement de fierté. Je n’avais plus peur. C’était peut-être de courte durée, mais ce type ne m’impressionnait plus.

-Ecoute, je suis désolée pour tout ceci. Mais je t’ai rien pris, ok ? Alors laisse-moi partir et nous serons quittes. Personne n’a besoin de savoir ce qu’il s’est passé cette nuit. Je peux même t’aider à ranger, si tu veux. Mais oublie tout ça.

Mon visage pencha légèrement sur le côté, le mettant au défi de contester mon propos. Dans ma tête, mon plan était parfait : je l’aiderai bien sagement, prenant peut-être en toute honnêteté l’une ou l’autre babiole qu’il avait en trop, peut-être même un antidote, qui sait, contre cette foutue maladie – mais il n’avait pas à le savoir. Et puis je partirai, sans demander mon reste.

Oh, ce plan était infaillible, j’en étais presque certaine. Un large sourire étira la commissure de mes lèvres, mes yeux rivés dans le reflet que nous rendait le miroir. Il ne pourrait pas ne pas céder à ce charme absolu, non ? Après tout, j’avais toujours obtenu tout ce que je voulais.

   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Shanxiki Horishiki
avatar
Ange Marchandeur
Ange Marchandeur
Messages : 5
MessageSujet: Re: It's not a simply question of robbery 05.07.18 20:35


-Arrête ça, tu veux ? Je veux bien répondre à tes questions, mais ne me touche pas. 

Il la laissa se dégager. Après tout, peu importe, elle avait certainement compris le message avec sa lance qui lui avait perforer la peau doucement tout. Elle pouvait prendre sa pose de femme fiere, cela ne changeait rien. Il savait se battre telle un ange guerrier quand il le voulait, même si commerce existait pour venir en aide à certains. Les seules choses visibles à l'oreil nu n'étaient que des babioles sans importance. Tout ce qui avait de la valeur était cacher et Shanxiki n'était pas assez bête pour utiliser des coffres pour cacher ces choses...

-Ecoute, je suis désolée pour tout ceci. Mais je t’ai rien pris, ok ? Alors laisse-moi partir et nous serons quittes. Personne n’a besoin de savoir ce qu’il s’est passé cette nuit. Je peux même t’aider à ranger, si tu veux. Mais oublie tout ça. 

Ses yeux pouvaient analyser...elle mentait, il le savait, il concentrait son regard dans le sien avec le reflet du miroir.

-Menteuse...Je suis sur que tu caches des choses dans ton sac qui appartiennent aux étagères de ces lieux...Et je n'ai pas besoin d'aide pour ranger des choses...Cependant, je n'appellerais pas la police. Mais cette histoire est entre toi et moi uniquement...En échange bien sur...tu m'en dois une puisque je t'évite une certaine merde.


Il contestait ses propos mais dans un autre sens strictement politique, il lui évitait les emmerdes juridique. Le petit problème c'est qu'il voyait clair dans son jeu. Il sourit un voyant son petit visage d'ange et qui se voulait charmeur avant de lui chuchoter doucement à l'oreille.

-Cesses donc d'essayer de m'amadouer...sauf si tu as vraiment le coup de foudre...

Il soupira alors en lui faisant un clin d’œil. Il espérait la déstabiliser en lui disant ça. Il retira alors sa lance de sa peau et la laissait légèrement saigner. Il concluait également qu'elle était une humaine car un monstre saurait reconnaître certains coins qu'elle avait fouiller...Certains aurait pu reconnaître le sang d'humain et comprendre que ce n'était pas une marchandise de grande valeur...

-Tu ferais bien de mieux t'informer pour tes prochains voles...Car il n'y a rien de valeur ici, du moins, sur les étagères à portée !

Il ouvrit alors le sac de la jeune fille d'un geste vif pour regarder ce qu'il y a dedans, sachant reconnaître au premier coups d’œil ses articles.

-Et bien...de l'eau bénite, de l'huile sacrée et de la poussière de dent de vampire...Aller...va remettre tout ça sur le comptoir et dit moi ce que tu espérais trouver ici. Si tu me racontes la vérité, peut-être que je t'aiderais. Tu m'as l'air d'avoir quelques raisons de venir me voler...

Il gardait sa lance dans la main, une petite menace afin qu'elle comprenne de ne pas filer en douce par la porte en courant. Elle pouvait deviner que sa lance il pouvait la lui lancer dessus pour la stopper net dans son élan. Il attendait maintenant les explications de la jeune femme...

-Oh...Et si on trouve un arrangement...je soigne ta blessure au passage ! Alors je compte sur toi pour être coopérative...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It's not a simply question of robbery
Revenir en haut Aller en bas
It's not a simply question of robbery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» [question] moyen de truquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tenebrae :: Zone RPG : La Terre des Hommes :: Les grandes villes :: Zones d'activités :: Quartiers commerçants-
Sauter vers: