Tenebrae a perdu sa Reine il y a de ça de longues années.
Mais aujourd'hui, elle est revenue. Tenebrae renaitra.
Qui seras-tu ? Avec qui seras-tu ?
 

Il faut penser à se reposer aussi / Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Zone RPG : La Terre des Hommes :: Les contrées sauvages :: Forêts
Noriaki A. Hoyang
avatar
Arcanien Traître
Arcanien Traître
Messages : 16
MessageSujet: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 11.08.18 21:26


Cela faisait un bon bout de temps qu'il s'enfonçait toujours plus profondément dans la forêt tout en portant Stella. Malgré son apparence frèle, il supportait encore le poids de la jeune femme dans ses bras, laissant ainsi dans le pire des cas qu'une seul trace de pas avec des marques de chaussures qui ne ressemblaient pas à celle de Stella. Une bon point pour pas qu'on ne suive cette trace en plus de ça. Il y avait peu de chance qu'on les suive. Il n'avait pas fait de pause, marchant assez rapidement pour mettre le plus de distance en peu de temps. Puis...à un moment, il se permit même de faire disparaître les traces en passant dans un portail qui l'emmenait pas bien loin. Même Stella aurait du mal à voir la différence dans ses bras et ne sentirait même pas le saute qu'elle avait fait. Étant dans un état très concentrer sur sa fuite, il avait pu en faire un tout en marchant.

Il s'arreta alors, la lueur dans ses yeux semblant plus importante que d'habitude...en même temps il venait d'ouvrir un portail qu'il avait immédiatement refermer. Ce qui était bien c'est que ce n'était même pas visible si on cherchait des traces de magie...car s'en était pas. C'était de la manipulation d'énergie...rien d'autre.

Il soupira alors, posant doucement Stella au sol.

-Nous sommes loin maintenant. Je te propose de trouver du bois pour faire un feu pour la nuit, histoire de ne pas avoir trop froid. Tu t'occupes du petit bois ? Je me charge du gros.

Même si Stella s'inquiétait, elle pourra constater que les traces derrière eux avaient disparut et qu'elles commençaient...maintenant. Il lui sourit et alla chercher du gros bois et à en prendre sous le bras. Il mettait deux buche en face d'un rond de caillou qu'il avait fait et qui accueillerait le feu. Mais au moment ou il allait déposer le bois...il laissa tout tomber au sol et se tenait légèrement le visage...

*Qu'est-ce que tu attends pour la tuer ? Tu ne vas pas me dire que tu l'as libéré sans que ça te serve d'amusement derrière hmmm ? *


*La ferme...Je t'avais presque oublier ! Redeviens muet ! *

Ce masque caché dans ses affaires étaient toujours la...ce masque avait le même visage que celui de Noriaki mais à la place de trous pour les yeux, il y avait des yeux orange, sans trous. Il était au fond de son sac et il était exprès emballer dans un tissu pour qu'on ne puisse le voir si on l'ouvrait.

-Quel maladroit je suis...

Il ramassait alors à nouveau ce bois un peu perturbé par l'intervention de ce masque...l'entendre lui faisait toujours autant de sueur froide...trop mauvaises pensées le ravageaient d'un coup. Il se souvenait de rien...mais c'était ce truc qui semblait avoir anéanti sa planète. Et s'il le mettait...il ferait sûrement pareil sur celle-ci ? Il mit le gros bois en position, comme un peu perdu malgré tout, du moins dans son regard.

-Plus que le petit bois...et on pourra l'allumer et se réchauffer.

*Et t'oublier..ou je t’assomme le masque... *

Il tentait de masquer le fait qu'il ne soit pas vraiment la...utiliser des pouvoirs semblaient appeler cette antité à communiquer...comme si il était appelé. Ce qui est peut-être vrai après tout...ses pouvoirs n'était pas vraiment les siens...un portail demandait pas mal de ressource.

Revenir en haut Aller en bas
Stella Steenwal
avatar
Fléau des Démons
Fléau des Démons
Messages : 20
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 20.08.18 22:22
La chaleur humaine, il n'y a que ça de vrai...
Je ne sais pas depuis combien de temps je me laisse porter ainsi mais le paysage de la forêt défile vite sous mes yeux. Bien que ma tête reste légèrement penchée contre ce corps qui me porte, je distingue l’environnement. Difficilement car la nuit est déjà bien présente maintenant, mais je constate que le cœur de la végétation nous entoure bien à présent. Je devrais être sur mes gardes et me sentir en danger encore une fois. Je ne connais pas celui qui me porte. Mais je suis libre et même si je suis ignorante au sujet de Noriaki, il m’aide. Je ne peux pas ignorer le fait que me porter me soulage et surtout, camoufle mes propres pas. Il sera très difficile pour les Duneraniens de me retrouver si ce n’est pas moi qui laisse mes empruntes.

Je sens la brise sur mon visage. Je ferme alors les yeux tout en me laissant guider par cet homme qui m’emmène si loin. Il marche vite. Si vite qu’on dirait que l’on fait un saut dans le temps. J’ouvre soudainement les yeux. Une sensation étrange vient de parcourir mon être. Qu’est-ce que c’est... ? Je ne sais pas. Je regarde autour de moi puis je lève le regard vers mon sauveur qui semble épuisé. Cette couleur étrange luit doucement. Des yeux si atypiques et envoutants mais qui font presque peur actuellement. Mes pieds touchent enfin le sol. Je reste légèrement agrippée au bras de Noriaki avant de complètement le lâcher. Je reprends mes esprits peu à peu.

« Nous sommes loin maintenant. Je te propose de trouver du bois pour faire un feu pour la nuit, histoire de ne pas avoir trop froid. Tu t'occupes du petit bois ? Je me charge du gros. »
« D’accord. Mais vous devriez peut-être vous reposer un instant. Vous venez de me porter sur une longue distance. Vous semblez fatigué. »

Je m’inquiète plus de l’état de cet homme que des traces qu’il aurait pu laisser. Il a fourni beaucoup pour une inconnue. Mais Noriaki ne semble pas prêter attention à mes mots et s’attèle déjà à sa tâche. Alors je vais chercher ce petit bois sans trop m’éloigner. Je le surveille comme si je m’inquiétais vraiment. Je suis peut-être stupide mais il m’a aidé alors lui rendre la pareille serait plus qu’aimable. Un bruit sourd me fait sursauter. Je lâche les quelques branches que je tiens avant de tourner la tête vers Noriaki qui est mal en point. Je le vois. Son visage est tiré. Je ne perds pas un seul instant pour me précipiter vers lui malgré quelques douleurs dans les jambes.

« Quel maladroit je suis... »
« Laissez-moi faire... Vous êtes fatigué, je le vois. Je peux allumer le feu et porter les lourdes charges. Reposez-vous. »
« Plus que le petit bois... et on pourra l'allumer et se réchauffer. »

Mes doigts effleurent alors ses mains pour que je prenne le relais. Mon regard le soutient tendrement. Mais intimement, je le force à lâcher prise pour qu’il puisse reprendre ses esprits. Que lui arrive-t-il... ?

« Je vous en prie, arrêtez. Je vais terminer. »

Je le force à arrêter au bout de quelques minutes et le fait s’asseoir près des gros morceaux déjà installés avant d’aller chercher mes petites branches et les placer au centre. J’aurais pu lui demander s’il avait un briquet ou de quoi allumer le feu rapidement mais je ne souhaite pas le fatiguer davantage alors je mets en avant mes connaissances de premiers secours. Savoir allumer un feu, il n’y a rien de plus important, pas vrai ? Il me faut quelques longues minutes pour que la première flamme prenne.

« Ah... ! Enfin ! Il faut le maintenir maintenant, d’acc... »

Mes prunelles s’élargissent encore. Noriaki semble si mal...

« Est-ce que ça va... ? Vous voulez récupérer votre pull ? Vous avez peut-être froid... »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Noriaki A. Hoyang
avatar
Arcanien Traître
Arcanien Traître
Messages : 16
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 21.08.18 9:08


-D’accord. Mais vous devriez peut-être vous reposer un instant. Vous venez de me porter sur une longue distance. Vous semblez fatigué.

-C'est gentille de ta part de t'inquieter. Mais tout vas bien je t'assure...

J'avais juste usé de mon énergie pour faire ce portail, rien de plus. Je savais que j'allais vite récuperer mais ce que je n'avais pas prévu, c'est que ce masque me parle un peu plus tard. J'étais pertubé par son intervention et surtout par ce qu'il me disait de faire. Je venais de sauver cette jeune femme ce n'était pas pour la tuer. Quel idiot celui la.

J'étais tellement perturbé que j'en avais fait tomber le bois, passant alors pour un faible à cause de lui. Stella était même accourut à moi tant elle semblait s'inquieter. Maintenant c'était moi l'idiot, à ce rythme, elle se verra au courant car je ne pourrais pas cacher éternellement ce qu'il y a dans mon petit sac de voyage.

-Laissez-moi faire... Vous êtes fatigué, je le vois. Je peux allumer le feu et porter les lourdes charges. Reposez-vous.

-Mais je peux...

Mais je ne pouvais rien faire, elle insistait pour prendre le relais. Je devais m'incliner face à tant de motivation de sa part. Je soupirais.

-Je vous en prie, arrêtez. Je vais terminer.

Elle me força alors la main pour arrêter et elle m'installa sur une bûche. Je ne pouvais qu'observer la jeune femme qui puisait dans son énergie pour installer ce feu qui était d'ailleurs bientôt fini. J'aurais pu allumer le feu avec une mini explosion qui aurait fait des étincelles...Mais elle était trop proche du feu et je ne voulais pas prendre le risque de la blesser. Des eclats de bois pouvaient s'envoler...

-Ah... ! Enfin ! Il faut le maintenir maintenant, d’acc...

Je la regardais alors poser son regard sur moi...Je devais avouer que je me laissais aller à cette fatigue que je commençais à sentir venir. Mais je n'avais pas réellement envie de dormir...Mais je pouvais quand même lui annoncer que l'on pouvait dormir tranquille normalement.

-Est-ce que ça va... ? Vous voulez récupérer votre pull ? Vous avez peut-être froid...

-Oui Ca va. J'ai créé un portail tout à l'heure pour que l'on se déplace plus vite et par la même occasion, effacer mes traces. Nous avons donc pas à nous en faire. Et tu peux me tutoyer tu sais.

Je clignais alors des yeux en tiltant qu'elle parlait du pull et je fis non de la tête, avec un petit sourire.

-Non...Je te rappel que si tu l'enlèves...Tu me laisses une vue imprenable sur ta poitrine dénudé. Gardes le. Pis...le feu sera la pour nous tenir chaud non ?


Ce n'étais pas parce que j'avais pas envie de la voir...Je disais ça pour elle tout simplement. Elle se verrait surement un peu gêner après ça. Mais je ne voulais que son bien.

-Que vas tu faire maintenant que tu es libre ?

Je changeais de sujet on va dire...Mais c'était une question qu'elle devait se poser, plutôt que de commencer à errer. Peut-être que je pouvais la guider aussi si elle ne savait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Stella Steenwal
avatar
Fléau des Démons
Fléau des Démons
Messages : 20
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 30.08.18 16:37
La chaleur humaine, il n'y a que ça de vrai...
Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que tout cela n’est pas vrai. Noriaki ne va pas bien. Je sens qu’il est fatigué. Ses paroles sont sûrement faites pour me rassurer. Seulement, je ne suis pas dupe. J’aimerais insister mais je n’en ai pas l’occasion. Il s’occupe déjà de préparer le feu. Je ne devrais même pas insister. En réalité, je ne comprends même pas pourquoi je m’inquiète autant. Cet homme m’a certes sauvé mais je ne lui ai jamais dit de le faire. Nous ne nous connaissons pas et je ne lui dois rien, n’est-ce pas ? Si... Je lui dois la liberté. Même s’il n’avait pas à faire ça, il l’a fait et je suis libre à présent.

Je me crispe un peu. Le fait d’avoir pensé un seul instant que je ne devais rien à Noriaki me dégoute. C’est si égoïste. Je ramasse mon petit bois en me mordant la lèvre avant que mon état de réflexion ne soit interrompu par ce bruit indiquant la faiblesse soudaine de mon sauveur. Je me précipite sans réfléchir. Je lui ordonne d’arrêter. Je ne veux pas qu’il se fatigue plus.
« Mais je peux... » Non. Il ne peut pas. Je ne veux pas. Je le lui interdis et je reprends moi-même la préparation du feu. Je suis ravie qu’il prenne si vite et je commence à placer mes mains devant pour me réchauffer. Mais je me ravise encore en craignant que mon compagnon n’aille pas mieux. Je le questionne encore et encore toujours inquiète...

« Oui ça va. J'ai créé un portail tout à l'heure pour que l'on se déplace plus vite et par la même occasion, effacer mes traces. Nous n’avons donc pas à nous en faire. Et tu peux me tutoyer tu sais. »
« Vous... Tu... as créé un portail... ? C’est donc pour ça que tu dois être si fatigué... Tu aurais du m’en parler ou te reposer dès que tu l’as fait... »

Je me mords un peu la lèvre. Je me sens fautive. Tout cela pour nous éviter des poursuites et protéger nos traces... Je ne suis pas une experte en magie de ce genre mais créer une telle chose dépasse beaucoup d’autres magies et cela doit demander beaucoup d’effort...
« Non... Je te rappelle que si tu l'enlèves... Tu me laisses une vue imprenable sur ta poitrine dénudée. Garde-le. Pis... le feu sera la pour nous tenir chaud non ? » J’écarquille alors les yeux et je me mets rapidement à rougir. Je n’avais pas vraiment pensé à ce détail en proposant de lui rendre son pull. Je voulais juste qu’il se réchauffe. Je tourne alors la tête à l’opposé avant de serrer le tissu contre mes mains puis je prends une petite branche et je titille le bois sous le feu.

« Je... Oui, tu as raison. Je pensais plus à ta santé... Je préfère garder le pull, en effet... Merci et désolée pour cette demande... Je ne voulais pas paraitre déplacée. Mais vas-y, réchauffe-toi un peu ! Tu dois avoir froid. La nuit tombe très vite et les températures baissent. »
« Que vas-tu faire maintenant que tu es libre ? »

Mon regard devient alors sombre. Je ne le contrôle même pas. Ce que je vais faire... Je n’y ai même pas pensé. Enfin si, un peu. Mais dans quel ordre reprendre les choses ? J’ai été séparé du monde libre depuis quelques années et c’est bien suffisant pour ne plus avoir de repaire. Je m’installe bien assise sur une bûche près du feu, regardant les flammes crépiter au plus haut point.

« Je... »

J’ai un léger moment d’absence avant de me reprendre.

« J’ai de la famille... Et j’aimerais la retrouver. Je ne sais pas si ma quête sera fructueuse. Je ne sais même pas si... ça vaut le coup mais mon frère est tout ce qu’il me reste alors... Je veux le retrouver... J’espère le retrouver et qu’il ne soit pas trop tard... »

Je souris alors en penchant la tête. Mon sourire est amer. J’ai peur de découvrir l’impensable dans cette recherche. Je soupire avant de reprendre ma respiration et de relever la tête pour regarder Noriaki. Ce regard si bleu est tellement vif devant ses flammes.

« Tu sais je... Je ne suis peut-être pas quelqu’un de bien... Je mérite peut-être tout ça... Mais la famille c’est important... »

Je me tais quelques secondes. Je ne souhaite pas dévoiler ma race. Ce que je suis. Si ça venait à faire agir Noriaki différemment... ? Une boule me prend au ventre. Je ne me sens pas bien. Je ne sais pas vraiment quoi faire au final, maintenant que je suis libre.

« Et... Et toi ? D’où viens-tu... ? Ton regard est si étrange... Tu ne dois pas être quelqu’un d’ordinaire ni même une créature banale... »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Noriaki A. Hoyang
avatar
Arcanien Traître
Arcanien Traître
Messages : 16
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 30.08.18 23:57


-Vous... Tu... as créé un portail... ? C’est donc pour ça que tu dois être si fatigué... Tu aurais du m’en parler ou te reposer dès que tu l’as fait..

-Je...ne pensais pas que c'était si important que tu le saches...après tout, dans un premier temps, nous devions effacer nos traces.

Mais je n'étais pas vraiment fatigué à cause de ça. Je ne pouvais tout simplement pas lui dire comme ça qu'un masque se cache au fond de mon sac et qu'il représentait un pouvoir et une mauvaise personne que j'ai été ? … Non, je ne pouvais pas me le permettre, même si je venais de lui offrir la liberté.

Je pouvais également voir la gêne sur le visage de la jeune femme lorsque je lui rappelais que sans ce pull, elle serait presque nue devant moi. Je voulais lui épargner cette découverte après coup et puis cela évitait les malentendus entre nous.

-Je... Oui, tu as raison. Je pensais plus à ta santé... Je préfère garder le pull, en effet... Merci et désolée pour cette demande... Je ne voulais pas paraitre déplacée. Mais vas-y, réchauffe-toi un peu ! Tu dois avoir froid. La nuit tombe très vite et les températures baissent.

-Je ne tiens pas à ce que tu sois mal à l'aise avec cette action donc...je me suis permis de te le rappeler. Mais ne t'en fais pas pour moi, je vais bien, cela m'arrive de temps en temps. C'est...un contre temps que j'endure parfois lorsque j'utilise mes pouvoirs.

A vrai dire, lorsque j'utilise mes pouvoirs, c'était comme si j'ouvrais une porte direct de communication avec cet chose dans ce sac. Bien qu'il soit enfermé dans ce masque, il reste fortement lié à moi. Je pouvais même parfois sentir le pouvoir de ce masque m'envahir lorsque j'usais de mes compétences. C'était parfois effrayant et la peur me prenait lorsque je m'en rendais compte et...j’arrêtais.

Je levais alors les yeux en l'entendant...mais rien de plus qu'un « je » sortait. Un silence s'installa avant qu'elle ne le brise.

-J’ai de la famille... Et j’aimerais la retrouver. Je ne sais pas si ma quête sera fructueuse. Je ne sais même pas si... ça vaut le coup mais mon frère est tout ce qu’il me reste alors... Je veux le retrouver... J’espère le retrouver et qu’il ne soit pas trop tard... 

-Hm ? Peut-être le retrouveras tu qui sait ? Il ne faut pas desesperer, surtout si tu ne sais pas ce qu'il est advenu.

Il pouvait être mort comme vivant. Mais je pense que dans tous les cas, il était important de savoir ce qu'il en était, même si l'une de ces réponses pouvait faire mal au cœur malheureusement. Mais au moins elle saurait à quoi s'en tenir.

- Tu sais je... Je ne suis peut-être pas quelqu’un de bien... Je mérite peut-être tout ça... Mais la famille c’est important... 

Je levais alors les yeux vers elle...il écoutait des belles paroles. Si elle savaient ce qu'il avait fait, elle ne dirait plus ça. Mais la encore je ne pouvais pas tout dire … ma vie devait parfois rester secrete...

-Tu as certainement les mains moins sale que moi. Regard ce que j'ai pu faire aux gardes qui t'escortaient...Il peut m'être facile de supprimer la vie sans même me fatiguer plus que ça...Et crois moi...qu'importe ce que tu as pu faire, tu es un ange à côté de moi.

J'étais peut-être ce qu'il y avait de pire dans l'univers. Un être capable de trahir les siens sur un champ de bataille, d'éliminer les siens après avoir fait croire que je me battais pour eux...Tss...Et dire que j'étais le seul survivant à cause de ça. Je devrais pourtant être le premier à mourir pour de telles actes.

-Et... Et toi ? D’où viens-tu... ? Ton regard est si étrange... Tu ne dois pas être quelqu’un d’ordinaire ni même une créature banale... 

Je regardais alors le feu...feu qui ressemblait à l'état de sa planète pendant la guerre.

-Tu...te laisses avoir par ce qui parcoure mes yeux. Ce bleu si étrange que tu vois, ce n'est la que le fluide qui me permet d'avoir de telle pouvoir. Enfin...je ne sais pas comment te l'expliquer vu que tu ne peux pas vraiment le voir. Mais à cause de ça, nous avons des yeux différent.

Je disais nous mais...il n'y avait que moi...

-Je ne suis pas d'ici en effet. Je viens d'une autre planète qui a vécu...la guerre contre l'armée de Lilith...

Je soupirais un peu avant de la fixer.

-Ma planète est...inhabitable désormais. Et le pire dans tout ça c'est que ce n'est même pas la faute de Lilith...Durant cette période j'ai appris que...ce n'étais pas le monde qui changeait les gens...mais les gens qui changeaient le monde.

Et j'avais changé le mien...en tas de poussière. Ces images me enteraient tout le temps, c'était certain. Je ne pouvais qu'assumer mes actes et si je pouvais faire un minimum de bien autour de moi...comme pour me laver de mes pêchers.

-Et toi ? … Comment tu as fait pour finir...attachée aux mains de ces petits truands ?

Revenir en haut Aller en bas
Stella Steenwal
avatar
Fléau des Démons
Fléau des Démons
Messages : 20
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 08.09.18 22:32
La chaleur humaine, il n'y a que ça de vrai...
Les dires de Noriaki m’inquiètent. User de son pouvoir en se fatiguant ainsi pour une inconnue telle que moi me perturbe. Il n’aurait pas du. Je ne suis tellement rien à ses yeux. Je rougis alors un peu. Je suis gênée et je ne sais pas comment remercier plus encore cet homme. Et je rougis bien plus avec cette histoire de pull. Que je peux être idiote parfois. A croire que la captivité n’a pas arrangé mon côté social.

« Je ne tiens pas à ce que tu sois mal à l'aise avec cette action donc... je me suis permis de te le rappeler. Mais ne t'en fais pas pour moi, je vais bien, cela m'arrive de temps en temps. C'est... un contre temps que j'endure parfois lorsque j'utilise mes pouvoirs. »
« Je te remercie. Et je comprends pour ton pouvoir mais alors maintenant, repose-toi. Tu n’as plus besoin de l’utiliser. Je ne voudrais pas que tu t’épuises pour une personne que tu ne connais pas... »

Je me sens idiote. Je ne comprends toujours pas comment la situation a tourné ainsi. Jamais je n’aurais pensé qu’on pourrait m’aider comme cela alors que rien ne nous rapproche. Même cette curiosité si naturelle me surprend. Non pas que je ne veuille pas répondre à Noriaki mais c’est simplement que s’intéresser ainsi à mon futur alors qu’on ne se connait qu’à peine, je ne m’y attendais pas. Pourtant, même si ça ne me dérange pas, je peine à répondre. La nostalgie, le regret, les remords, la tristesse... Tout me gagne. Et quand je réponds enfin faiblement, le timbre de ma voix ne peut pas tromper mon sauveur.

« Hm ? Peut-être le retrouveras tu qui sait ? Il ne faut pas désespérer, surtout si tu ne sais pas ce qu'il est advenu. »
« J’aimerais tellement le retrouver. J’espère de tout mon cœur mais... J’ai si peur de découvrir ce que je ne veux pas découvrir... »

Mon regard s’élève un peu. J’observe et contemple ce regard si atypique tout en affirmant que la famille c’est sacré pour moi. « Tu as certainement les mains moins sale que moi. Regarde ce que j'ai pu faire aux gardes qui t'escortaient... Il peut m'être facile de supprimer la vie sans même me fatiguer plus que ça... Et crois moi... qu'importe ce que tu as pu faire, tu es un ange à côté de moi. » J’écarquille alors les yeux, troublée par ces mots avant de me mordre un peu la lèvre. Je ne sais pas si je dois avoir peur d’un tel aveu ou si je dois me morfondre à l’idée que l’on a de me voir comme un ange. Ce que je ne suis pas... Loin de là...

« Je... Je ne suis pas un ange... Tu ne sais pas... Enfin... Tu ne me connais pas et... Ce que tu as fait... Et bien je suis capable de ça aussi et... »

Je me perds. Finalement, je cesse de parler de moi et enchaine sur des questions plus curieuses pour en apprendre plus sur Noriaki. Je ne veux pas me morfondre ni même finir par devoir cracher le morceau concernant ma race. Je ne veux pas qu’il me haïsse... pas maintenant qu’il semble si gentil avec moi. Et ce que j’entends me surprend. Mais en même temps, je ne connais pas la plupart des créatures qui peuvent exister. Tout cela m’intrigue. Un fluide ? Qu’est-ce que c’est ? Est-ce ce... fluide qui a explosé ainsi ? Étrange et tellement surprenant.

« Je ne suis pas d'ici en effet. Je viens d'une autre planète qui a vécu... la guerre contre l'armée de Lilith... »
« Oh... Lilith... Je vois... Et ce fluide... Est-ce que ça te fait mal ? C’est tellement étrange... Je n’ai jamais vu de tels pouvoirs se manifester de la sorte. Ça doit être très puissant et dangereux, non ? »

Je ne sais pas si ce que je dis est intelligent. Surtout que je suis grandement perturbée quand j’entends parler de Lilith. Il ne m’est pas difficile de comprendre que Noriaki fait partie d’un peuple que Lilith a voulu massacrer. Et moi je suis quoi... ? Une démone issue d’un peuple qui lui voue un culte. Lilith est la reine des démons. Et je ne renierai jamais ce que je suis. Mais je ne veux pas me retourner contre cet homme qui m’a sauvé...

Je sens ce soupir si profond. Comme si je venais de dire quelque chose qu’il ne fallait pas. Je me tais alors mais la suite de ses propos devient plus profonde. Le timbre de voix de Noriaki devient sombre. Presque nostalgique ou empli de remords. Je ne sais pas comment lui répondre. Je le fixe à mon tour. J’essaie de lui donner un regard qui se veut rassurant mais en même temps, je ne sais pas quoi faire. Car je sens bien que quelque chose el tracasse soudainement. Mais la conversation se détourne à nouveau sur ma personne.

« Et toi ? … Comment tu as fait pour finir... attachée aux mains de ces petits truands ? »
« C’est... une longue histoire... Mais je ne sais pas si je peux tout te dire... »

Si je dois tout expliquer, je dois avouer qui je suis. D’où je viens. Du moins de qui je descend. Est-ce qu’apprendre que Lilith fait partie de ma race serait une bonne chose ? Je ne crois pas. Je me crispe alors. Je ne sais pas comment répondre et pourtant, je ne souhaite pas mentir. Je tiens mes bras en m’agrippant au pull. Un frisson me prend. J’ai froid. J’ai peur... Je souris alors timidement puis je regarde Noriaki dans les yeux. Mes pupilles tremblent. Elles brillent presque.

« Je suis née avec un pouvoir étrange... Un pouvoir qui détruit les miens. Je ne veux pas l’utiliser à mal alors j’ai essayé de le maitriser. Mon frère... ma famille m’a aidé... Mais il y a eu cet incident... Ma famille a disparu à cause de chasseurs. Chaque membre tué, pour la plupart. J’espère simplement que mon frère a survécu. J’ai voulu me cacher, me protéger mais... on m’a retrouvé. »

Une haine se réveille soudain dans mon regard. Mes doigts tirent sur le pull comme pour contenir un coup qui voudrait partir. Je fixe alors les flammes qui crépitent doucement.

« Ces... créatures... sont pire que les chasseurs. Ils m’ont capturé pour me forcer à utiliser ce pouvoir contre les miens pour les annihiler... J’ai... J’ai du achever des membres de mon peuple... toutes ces années... sans rien pouvoir faire contre ça... »

Je tremble lourdement. Un sanglot m’échappe. Je cache alors mon visage contre mes genoux.

« Je... Pardon... Je crois que j’ai froid... »

Mon visage reste caché. En réalité, je pleure. C’est si dégradant...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Noriaki A. Hoyang
avatar
Arcanien Traître
Arcanien Traître
Messages : 16
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 10.09.18 23:03


-Je te remercie. Et je comprends pour ton pouvoir mais alors maintenant, repose-toi. Tu n’as plus besoin de l’utiliser. Je ne voudrais pas que tu t’épuises pour une personne que tu ne connais pas...

-C'est juste parce que c'est un portail...Mais nous n'avons pas fait un saut énorme ne t’inquiète pas...J'ai déjà fait bien plus grand.

Mon pouvoir était bien plus complexe que ça. Chaque fois que je l'utilisais à présent, il me liait à ce masque malgré moi et cela créait une chose comparable à un pont. C'était comme si mon pouvoir appelait cette chose qui avait grandit en moi, comme si cette prison s'ouvrait sous la force de ce lien. Je ne pouvais pas le maîtriser et je redoutais le jour ou...la porte serait assez ouverte pour qu'il puisse me posséder sans avoir besoin d'avoir ce masque sur mon visage...

- J’aimerais tellement le retrouver. J’espère de tout mon cœur mais... J’ai si peur de découvrir ce que je ne veux pas découvrir... 

-Il faudrait quand même t'attendre au pire...sait-on jamais. Essaye de ne pas trop te faire d'illusion au risque...d'être déçu, après tout, tu ne sais pas ce qu'il est devenu et tu n'as pas l'ombre d'un indice si je comprend bien. Le jour ou tu trouveras une trace...la tu pourras te permettre d'y croire plus fermement. Crois moi...Quand l'espoir et trop fort, la déception fait encore plus mal derrière. Je dis pas qu'il est mort bien entendu...J'en sais rien non plus. Mais...C'est plus un conseil pour éviter le risque...d'avoir mal.

J'étais peut-être un peu dur dans mes propos. Mais ce n'était qu'un conseil pour son moral. Je voyais peut-être aussi les choses différemment. J'avais massacrer mon peuple, j'étais sur d'être le dernier survivant et...s'il y en avait d'autres, ils seraient encore sur ma planète ? Impossible d'y survivre avec les ruines qu'il restait. Je n'étais pas...rempli d'espoir personnellement. Je portais un fardeau sur les épaules qui me rappelait chaque jour que c'était...fini.

-Je... Je ne suis pas un ange... Tu ne sais pas... Enfin... Tu ne me connais pas et... Ce que tu as fait... Et bien je suis capable de ça aussi et...

-Je t’arrête tout de suite. Jamais tu ne pourras reproduire ce que j'ai déjà pu faire, d'autant plus que Lilith est sur cette planète...Mon peuple serait encore vivant...qu'il me traquerait pour que je rembourse en sang le poids de mes actes...Même Lilith n'a pas du faire ce genre de chose...

La preuve était que le peuple de Lilith était toujours la, toujours vivant et surtout...encore bien grand malgré la guerre. Elle avait refait un territoire pour eux sur cette planète...Elle semblait tout de même proteger son peuple. J'étais de sang royal et j'avais faire un...peupleside ? Je ne savais pas comment appeler une telle chose. Mais mon sort, quelque soit le royaume ou je mettais les pieds, humain, ou autre créature, je méritais la mort sans discussion.

-Oh... Lilith... Je vois... Et ce fluide... Est-ce que ça te fait mal ? C’est tellement étrange... Je n’ai jamais vu de tels pouvoirs se manifester de la sorte. Ça doit être très puissant et dangereux, non ?

-Hm ? Non...C'est une chose...invisible je dirais. Si je saigne on ne le voit pas. Après...je sais pas on a tous les yeux ainsi chez moi...Mais chacun de nous a...une spécialité, selon son tempérament je pense...on a jamais vraiment défini comment cela fonctionnait à vrai dire...Et bien chez moi...ça fait boom
.

Comme je pouvais expliquer ça moi ? Nous vivions avec depuis notre naissance et...nous n'avions jamais cherché comment cela marchait. Après tout, cela faisait parti de nous et nous en avions pas peur. Puis...on voyait ces yeux depuis si petit...aucune de ces questions nous taraudait. Bien sur, je pense que pour une...autre race, cela est inhabituel surement.

-Je suis née avec un pouvoir étrange... Un pouvoir qui détruit les miens. Je ne veux pas l’utiliser à mal alors j’ai essayé de le maitriser. Mon frère... ma famille m’a aidé... Mais il y a eu cet incident... Ma famille a disparu à cause de chasseurs. Chaque membre tué, pour la plupart. J’espère simplement que mon frère a survécu. J’ai voulu me cacher, me protéger mais... on m’a retrouvé. 

Je l'écoutais. Je ne voulais pas l'interrompre au risque de paraître impoli. Elle devait peut-être se décharger d'un poids...mais je sentais dans un sens qu'elle se retenait de dévoiler toute les informations. Son histoire avoir un petit air de retenu...

-Ces... créatures... sont pire que les chasseurs. Ils m’ont capturé pour me forcer à utiliser ce pouvoir contre les miens pour les annihiler... J’ai... J’ai du achever des membres de mon peuple... toutes ces années... sans rien pouvoir faire contre ça... 

Je la vois alors se recroqueviller sur elle même et je pouvais entendre un sanglot qu'elle essayait de cacher tant bien que mal. Je me levais alors et je m'approchais lentement.

- Je... Pardon... Je crois que j’ai froid...


-Tu as froid ? … Je peux te proposer de te tenir chaud si le feu ne suffit pas...

Je ne relevais le fait qu'elle pleure même si j'avais remarquer mais je vins la prendre dans mes bras, venant appuyer sa tête encore sur ses genoux contre mon torse comme une invitation à venir se blottir contre moi si elle le désirait. Je ne savais pas comment réagir fasse à son comportement. Je n'étais pas très...bon dans ses affaires comme ça en réalité. Mais elle n'étais pas seule.

-La nuit va surement être plus froide que prévu...Le feu va tenir un peu de chaleur mais il faudra aussi dormir...et dans ce cas, personne ne s'occupera du feu...Si tu as déjà froid, cela ne s'arrangera pas. Si tu veux...Je peux te proposer...de dormir avec moi pour se tenir chaud ?

C'était un peu difficile de lui proposer ça...après tout on ne se connaissait pas et c'était malgré tout une technique de survie...rien de déplacé malgré la proximité qu'on aurait. Mais je vins tout de même passer ma main sur ses joues pour essuyer ses petites larmes...lui faisant comprendre que je savais mais que je relevais pas...Dans un sens, je protégeais sa conscience...

Revenir en haut Aller en bas
Stella Steenwal
avatar
Fléau des Démons
Fléau des Démons
Messages : 20
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 26.09.18 18:09
La chaleur humaine, il n'y a que ça de vrai...
Parce qu’insister ne servirait à rien et serait probablement mal poli, je décide d’arrêter de m’inquiéter, ou du moins, de le démontrer. La conversation reprend alors son cours. Mais au final, elle ne me rend pas plus à l’aise pour autant. Ma liberté est un fait auquel je n’ai pas vraiment pensé. Je ne pensais pas être libre un jour et maintenant, bien que vouloir retrouver mon frère soit une chose importante, je ne sais pas vraiment ce que je vais faire. Comment je vais vivre. Où. Et dans quel but. Plein de questions me viennent tout à coup et je me sens soudainement noyée dans un flux de choses à penser. Je me perds un instant. Et encore plus quand on en vient à parler de Raym.

« Il faudrait quand même t'attendre au pire... sait-on jamais. Essaye de ne pas trop te faire d'illusion au risque... d'être déçu, après tout, tu ne sais pas ce qu'il est devenu et tu n'as pas l'ombre d'un indice si je comprends bien. Le jour où tu trouveras une trace... là tu pourras te permettre d'y croire plus fermement. Crois-moi... Quand l'espoir et trop fort, la déception fait encore plus mal derrière. Je dis pas qu'il est mort bien entendu... J'en sais rien non plus. Mais... C'est plus un conseil pour éviter le risque... d'avoir mal. »
« Tu... Tu as probablement raison. Mais je ne peux pas m’imaginer sa mort... Je ne peux juste pas... Il est tout ce qu’il me reste et... »

Ces mots sont si durs à entendre mais au fond, je sais qu’il n’a pas tort. Si j’apprenais sa mort alors que j’espère fortement le revoir... Comment réagirais-je ? Je me mords légèrement la lèvre.

« ... Mais je vais prendre tes mots en considération. Je vais essayer. Tu as raison... »

Mais voilà que la discussion tourne en angle bien droit. Le sujet est déjà tout autre. Nous voilà à parler de bien et de mal. Nos échanges sont étranges. A peine compréhensible. Il y aurait presque de quoi s’énerver quelque part. Comment Noriaki peut-il prétendre être le grand méchant entre nous ? Il ne me connait pas. Que dirait-il s’il savait que je suis un démon ? Que je fais partie de ce peuple qui bénit Lilith ? Une démone qu’il a apparemment déjà bien connu et pas dans le bon sens du terme. Pourtant, je ne peux pas lui en vouloir. Moi-même je ne le connais pas. Qui peut-il être pour parler ainsi ? Suis-je en danger tout de même alors ? C’est flou ? Tout est... bizarre. Et ma curiosité est maintenant bien titillée. Qu’a-t-il fait pour parler ainsi ? J’aimerais poser la question. Mais quelque chose me dit que ce n’est pas le moment. Et entendre parler de Lilith me perturbe. Je lui voue allégeance alors que lui, semble avoir été confronté à elle. Je détourne alors la question sur lui. Ce qu’il est et son pouvoir.

« Hm ? Non... C'est une chose... invisible je dirais. Si je saigne on ne le voit pas. Après... je sais pas on a tous les yeux ainsi chez moi... Mais chacun de nous a... une spécialité, selon son tempérament je pense... on a jamais vraiment défini comment cela fonctionnait à vrai dire... Et bien chez moi... ça fait boom. »
« C’est vraiment étrange. Même si j’ai été prisonnière longtemps, j’ai vu beaucoup de choses avant. Je vis sur Terre depuis longtemps. J’ai pu voir bon nombre de créatures mais toi... Tu es unique. Je n’ai jamais vu personne comme toi. C’est... joli tes yeux... enfin la couleur. Ça rend ton regard très profond. »

Je souris en disant cela mais mon regard s’éloigne un peu du sien. J’ai presque honte d’avouer cela si rapidement mais c’est la vérité. Son regard est envoûtant. Puis je ris doucement. Faire boom ? En voilà une manière si amusante de résumer les choses. Même si la démonstration a été choquante. Mais les rires s’effacent. La tristesse et la frustration reviennent. Raconter mon histoire en camouflant les détails compromettant, se rappeler la perte de ma famille, mon emprisonnement, c’est dur. Je pleure doucement. Des sanglots perçus, à n’en pas douter. J’entends Noriaki se rapprocher de moi mais je ne bouge pas. Je ne veux pas qu’il voit mes larmes. Je mens. Non. Je ne mens pas. J’ai vraiment froid. Mais c’est un prétexte pour ne pas dire que je pleure.

« Tu as froid ? … Je peux te proposer de te tenir chaud si le feu ne suffit pas... »
« Ça... Ça ira... Ne t’en fais pas... Tout va bien... »
« La nuit va surement être plus froide que prévu... Le feu va tenir un peu de chaleur mais il faudra aussi dormir... et dans ce cas, personne ne s'occupera du feu... Si tu as déjà froid, cela ne s'arrangera pas. Si tu veux... Je peux te proposer... de dormir avec moi pour se tenir chaud ? »

Je sens ma tête se rapprocher de lui. Me voilà contre son torse tout à coup. Je rougis violemment et comme par réaction incontrôlée, je me mets à pleurer à chaudes larmes tout en relevant la tête pour me blottir contre cet homme que je connais à peine. Mes doigts agrippent son haut pour le serrer fermement alors que ma tête reste enfouie contre son torse.

« Pardon... Je... Ça ne va pas du tout en fait... Je... »

Sa proposition me fait trembler. Je ne sais pas... Je ne sais plus... Mais ce que je sais dans la seconde présente, c’est que je ne veux pas qu’il me lâche. Ses doigts qui sèchent mes larmes m’apaisent doucement. Le silence sur mon chagrin également. Il me voit pleurer mais ne dit rien. Au lieu de ça, il m’offre une protection et de la chaleur. Alors, pour seule réponse, je me blottis encore plus contre lui en essayant de calmer mes sanglots.

« Je... Je ne veux pas rester toute seule là... Si... Si ça ne te dérange pas, j’accepte... de dormir contre toi. Il fera meilleur et... Enfin ça sera mieux... Merci... »

Je redresse alors un peu la tête pour regarder Noriaki. Mes yeux sont légèrement rougis par les larmes mais je me reprends un peu. Puis je finis par me lever doucement, lâchant avec regret mon sauveur.

« Je... Je peux préparer un tas de feuillages et quelques branches pour que l’on dorme dessus. Près du feu, s’il reste un peu allumé... »

Je m’attèle à la tâche rapidement. Je ne mets pas de temps pour préparer un léger sommier de fortune. Puis je m’assoie dessus comme pour le tester.

« Ça a l’air pas trop mal... Tu... Tu viens ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Noriaki A. Hoyang
avatar
Arcanien Traître
Arcanien Traître
Messages : 16
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 30.09.18 11:18


- Tu... Tu as probablement raison. Mais je ne peux pas m’imaginer sa mort... Je ne peux juste pas... Il est tout ce qu’il me reste et...

Je la comprenais. C'était un comportement tout à fait normal de penser à ses proches et de ne pas pouvoir s'imaginer le pire. Mais j'essayais de lui faire entendre raison. Si elle imaginait le pire, elle serait beaucoup moins déçue et si son frère était vivant, la joie ne serait que plus grande. C'était ma vision des choses, de ne jamais se faire trop d'idée...J'avais appris ça sur ma planète...comme j'avais espérer ne pas être le dernier.

-... Mais je vais prendre tes mots en considération. Je vais essayer. Tu as raison... 

Les discussions étaient diverse et je pouvais comprendre qu'elles changent du tout au tout. Je l'avais sauvé, elle ne connaissait rien de moi et j'avais quelques caractéristiques qui montraient que j'étais différent. La curiosité de la jeune fille était une bonne chose en soit, mais je ne pouvais pas tout lui révéler tout de suite. Je ne savais rien d'elle...Et ce n'était pas le genre de chose à dire au premier venu. Elle pouvait avoir peur de moi si elle savait que j'avais éradiquer ma planète...

-C’est vraiment étrange. Même si j’ai été prisonnière longtemps, j’ai vu beaucoup de choses avant. Je vis sur Terre depuis longtemps. J’ai pu voir bon nombre de créatures mais toi... Tu es unique. Je n’ai jamais vu personne comme toi. C’est... joli tes yeux... enfin la couleur. Ça rend ton regard très profond.

-Merci c'est gentil. Mais...Je peine à me cacher dans le noir avec un regard si bleu et brillant.

Je ricanais alors un peu tout en la regardant aussi rire sur sa remarque du petit boom de son pouvoir. Au moins elle riait et pensait un peu à autre chose. Mais cela ne dura pas très longtemps. Je vins alors vers elle pour la serrer contre moi et la caliner doucement histoire d'essayer de la calmer, ne relevant pas qu'elle pleure.

-Ça... Ça ira... Ne t’en fais pas... Tout va bien... 

Je la sentais contre mon torse tout d'un coup et...elle se lachait, pleurant alors à chaudes larmes. Elle se blotti ensuite contre moi. Je rougissais alors un peu, essayant tout de même de le cacher et je la serrais un peu plus fort contre moi, qu'elle sente que je ne suis pas insensible à son état.

-Pardon... Je... Ça ne va pas du tout en fait... Je...

-Ne...t'en fais pas. Tu...peux rester comme ça tant que tu veux si ça te fait du bien.

Elle finit alors par se blottir un peu plus contre moi, serrant mes vêtements comme pour évacuer une petite peur et...je pouvais la ressentir également. Elle avait trembler un petit peu sous ses mots. Alors pour la rassurer, je la serrais une nouvelle fois un peu plus fort contre moi.

-Je... Je ne veux pas rester toute seule là... Si... Si ça ne te dérange pas, j’accepte... de dormir contre toi. Il fera meilleur et... Enfin ça sera mieux... Merci...

-Alors je reste avec toi. Je veillerais alors sur ton sommeil. Pour les prochaines nuits, on trouvera une auberge dans un village ou une ville plus loin d'ici.

Je profitais alors du fait qu'elle me regarde pour plonger mon regard dans le sien, tout en venant nettoyer ses joues de l'humidité qui glisse dessus. Son visage était proche du mien mais cette proximité ne me dérangeait étrangement pas...J'aurais pu rester comme ça longtemps. Mais elle se leva pour faire un petit matelas.

- Je... Je peux préparer un tas de feuillages et quelques branches pour que l’on dorme dessus. Près du feu, s’il reste un peu allumé... 

Je la regarde alors faire, avant de la voir s’asseoir dessus comme pour le tester. Je souris alors, me relevant alors qu'elle m'adresse la parole. Je commençais un peu à rougir de nouveau.

-Ça a l’air pas trop mal... Tu... Tu viens ? 

-J'arrive.

Je vins alors à côté d'elle et je me couchais, l'invitant alors à me rejoindre pour la serrer contre moi afin de se tenir chaud pour cette nuit tout en se reposant. Le feu ne tiendrait pas toute la nuit, mais tiendra un peu chaud avant que nous devions compter l'un sur l'autre pour ne pas avoir froid.

-Bonne nuit Stella.

Revenir en haut Aller en bas
Le Créateur
avatar
Le Démiurge
Le Démiurge
http://new-tenebrae.forumactif.com
Messages : 147
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé 02.10.18 9:15

Vous avez terminé !


Félicitations !

Votre RP est terminé et clôturé. 50 cristaux vous sont offerts à chacun pour avoir mené un écrit jusqu'au bout ! Nuage


(c) Cruelly pour Never Utopia.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il faut penser à se reposer aussi / Terminé
Revenir en haut Aller en bas
Il faut penser à se reposer aussi / Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Asse-Bordeaux (0-0) Faut penser a marquer mainant
» La diplomatie:chose très importante qu'il ne faut pas oublier (Lou et moi terminée))
» Elementaire, mon cher... Je fais ma présentation aussi. [Terminée]
» Il faut savoir se faire épauler [Terminé]
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tenebrae :: Zone RPG : La Terre des Hommes :: Les contrées sauvages :: Forêts-
Sauter vers: