Tenebrae a perdu sa Reine il y a de ça de longues années.
Mais aujourd'hui, elle est revenue. Tenebrae renaitra.
Qui seras-tu ? Avec qui seras-tu ?
 

[RP +18] Je voulais te remercier [PV Noriaki]

 :: Zone RPG : La Terre des Hommes :: Les bourgades :: Rues animées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Stella Steenwal
Stella Steenwal
Fléau des Démons
04.10.18 15:22
Messages : 25
Fléau des Démons
Est-ce que ça te plait... ?
Je tremble légèrement. C’est pathétique. Je suis sensée être une démone d’une famille remarquable et je me sens si peureuse. Ces années d’enfermement m’ont complètement monté à la tête. Je dois changer. Je ne peux pas rester ainsi. J’ose espérer que le temps changera tout cela. Si seulement je pouvais simplement retrouver mon frère. Peut-être pourrait-il me reconduire sur le droit chemin. S’il est seulement vivant. Je repense alors aux dires de Noriaki à ce sujet. Il a raison. Je dois me concentrer sur l’horreur probable que je pourrais découvrir. Un frisson m’emporte alors que je fais un léger arrêt sur notre marche. Je regarde autour de moi, le souffle affolé. Noriaki est tout prêt. Je me sens confuse. Ces quelques pensées m’ont déjà réduite à la peur en me perdant dans les méandres de mon esprit. C’est pitoyable. Un soupir m’échappe alors que je m’adresse à cet homme qui s’assure encore de ma protection.

« Je suis désolée, j’ai eu un moment d’absence. On y va ? »

Le réveil dans cette forêt s’est fait difficilement. Bien qu’ayant pu profiter d’une chaleur corporelle agréable, j’ai tout de même eu froid et je me souviens facilement de ces frissons qui ne cessaient de me faire trembler quand j’ai ouvert les yeux. Mais ces bras autour de moi m’ont rassuré. J’étais très mal à l’aise mais sans la chaleur de Noriaki, j’aurais pu mourir de froid au beau milieu de cette verdure. J’aurais même pu mourir, tout simplement.

J’attrape doucement le bras de mon sauveur afin que nous reprenions notre route. Nous avons décidé de me trouver quelques vêtements potables avant de poursuivre mes aventures nouvelles. Profiter de ma liberté. Mais je ne porte que des lambeaux depuis cette confrontation avec les Duneraniens la veille et je n’ai rien à me mettre. Ce pull fait toujours office de vêtement provisoire mais je me dois de trouver de quoi continuer mes péripéties. Peut-être bien que nos chemin à Noriaki et moi-même seront différents après cela mais je suis ravie de savoir qu’il m’accompagne encore pour cette démarche.

« C’est gentil de m’accompagner encore une fois. Mais j’ai un petit problème. Il me faut trouver de l’argent si je veux m’habiller... Je suis désolée de te dire ça comme ça mais je n’en ai pas et je n’ai qu’un seul moyen pour en trouver... »

Le vol. Comment pourrais-je faire autrement ? Voler de l’argent est mon seul moyen d’acheter sans me faire repérer. Et dans une petite bourgade telle que celle dans laquelle nous mettons les pieds maintenant, ce n’est pas évident. Les habitants sont probablement plus méfiants que dans une grande ville. Mais j’ai refusé de fouler le sol d’une agglomération. C’est un lieu bien trop peuplé et beaucoup trop gardé. Je ne veux pas qu’on me retrouve... Je me mords un peu la lèvre. Je ne peux tout de même pas dire à Noriaki que je compte voler...

« ... A... A moins que tu n’aies une meilleure idée... que le vol... ? »

Si. Maintenant, c’est dit...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noriaki A. Hoyang
Noriaki A. Hoyang
Arcanien Traître
04.10.18 21:47
Messages : 21
Arcanien Traître


-Je suis désolée, j’ai eu un moment d’absence. On y va ? 

J'hochais la tête, ne relevant pas trop son état pour le moment. Je pensais que c'était normal, elle était libre et allait de nouveau côtoyer la civilisation sans chaîne. Peut-être avait-elle peur qu'on la reconnaisse ? Mais si c'était le cas...J'étais sur qu'elle se battrait pour garder sa liberté. Du moins, c'est ce qu'elle devait apprendre à faire.

-C’est gentil de m’accompagner encore une fois. Mais j’ai un petit problème. Il me faut trouver de l’argent si je veux m’habiller... Je suis désolée de te dire ça comme ça mais je n’en ai pas et je n’ai qu’un seul moyen pour en trouver... 

Je la regardais alors vêtu de son pull. Il est vrai qu'elle devait trouver de quoi s'habiller. Devais-je intervenir encore ? Elle avait été esclave depuis longtemps et je devinais qu'elle n'avait pas toucher d'argent depuis un bon moment.

-... A... A moins que tu n’aies une meilleure idée... que le vol... ? 


Je venais alors mettre mon doigt sur les lèvres de Stella, la regardant dans les yeux.

-Il y a d'autres solutions Stella.

Je ricanais alors en l'imaginant voler alors qu'elle venait de toucher à la liberté. C'était le meilleurs moyen pour attirer des poursuivant et se retrouver enfermé une nouvelle fois. Je retirais alors mon doigt de ses lèvres.

-Voler n'attirera que plus vite les ennuis sur toi Stella...Mais...fermes les yeux...

J'étais en face d'elle, tout proche à vrai dire. Mais c'était fait exprès. J'attendais qu'elle fermait les yeux pour ensuite mettre doucement mes mains dans une petite sacoche que j'avais sur moi pour en sortir de l'argent. Une sacrée somme en vraie mais Stella devait tout d'abord se défaire de certaines choses. Pour le moment, je comptais lui donner une belle somme pour qu'elle se fasse plaisir et ne puisse pas voir qu'un article est chère ou pas.

Je lui prenais alors la main en l'attirant un peu plus contre moi, que mon torse touche le sien et je lui mettais discrètement l'argent au creux de la main...On aurait pu croire que j'allais l'embrasser comme c'était présenter...mais c'était fait pour qu'elle ne se doute pas du cadeau que je lui faisais.

-Je pense qu'avec ceci je peux te laisser aller au magasin pour t'acheter des vêtements ? Je t'attends devant l'entrée si tu veux...Et ensuite je te propose que nous nous reposions cette nuit ici. Tu as mérité un vrai lit n'est-ce pas ?


Je fermais alors la main de Stella pour qu'elle empoigne cet argent et qu'elle comprenne bien que maintenant, c'est le sien. Je lui adressais un sourire et je vins lui murmurer à l'oreille...

-Je suis sur d'avoir une belle surprise à ton retour.

Je savais également qu'elle me devait beaucoup maintenant. Mais ce n'était pas dans le but de pouvoir l'utiliser que je faisais ça. Je souhaitais vraiment l'aider.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stella Steenwal
Stella Steenwal
Fléau des Démons
11.10.18 23:36
Messages : 25
Fléau des Démons
Est-ce que ça te plait... ?
Je tiens toujours Noriaki par le bras alors qu’il me confirme qu’il viendra bien avec moi au sein de cette bourgade qui nous attend. J’ai un peu peur mais je mets ça sur le compte de la liberté qui ne sera pas si facile à appréhender après tant de temps d’enfermement. Je ne peux pas me défiler, je suis une démone. Je dois faire honneur à ma race. Mais la compagnie de ce sauveur me plait et je ne veux pas me séparer de lui maintenant. Qui sait ce que le temps nous réservera. Demain, il est fort probable que nous nous séparions alors autant vivre ma première journée de liberté avec quelqu’un qui connait le monde. Seulement, ce petit problème d’argent vient un peu tout gâcher. Et me voilà à exprimer une envie de vol à haute voix. Une bien piètre image mais je ne vois décidément pas comment me trouver des vêtements autrement.

J’écarquille doucement les yeux. Mes paroles sont arrêtées par ce geste si soudain sur mes lèvres. Je me mets à rougir sans vraiment le contrôler. « Il y a d'autres solutions Stella. » Ce regard si bleu est... perturbant. Je déglutis doucement. Je suis paralysée. Je n’arrive pas à me l’expliquer. Pourtant, j’ai déjà vu ces yeux mais son comportement et ce petit ricanement me perturbent. Je tremble un peu.

« Voler n'attirera que plus vite les ennuis sur toi Stella... Mais... ferme les yeux... »
« ... Fermer les yeux ?... Je... D’accord. Mais pourquoi ? »

Je n’ai pas de réponse. Au lieu de ça, je peux sentir une proximité si soudaine entre Noriaki et moi. Il s’est rapproché et je peux sentir son souffle non loin de mon visage. Je rougis violemment. Et encore plus quand ma main se fait prisonnière de la sienne. Quand mon corps se retrouve contre le sien. Je me mords instinctivement la lèvre en sentant un frisson me parcourir. Qu’est-ce qu’il fait... ? Il ne va tout de même pas... faire ça ? J’aimerais ouvrir les yeux maintenant et contempler ce qu’il s’apprête à faire mais je ne peux pas. Je n’ose pas. J’attends les prochaines secondes comme si elles défilaient à la vitesse des heures. Et puis rien. « Je pense qu'avec ceci je peux te laisser aller au magasin pour t'acheter des vêtements ? Je t'attends devant l'entrée si tu veux... Et ensuite je te propose que nous nous reposions cette nuit ici. Tu as mérité un vrai lit n'est-ce pas ? » J’ouvre alors les yeux, presque frustrée. Mes joues sont encore rouges et cette couleur est bien difficile à masquer. Mes doigts se referment sur cette bourse que j’apprécie. J’apprécie vraiment le geste. Mais quelque part, j’aurais voulu que... Non. Ce n’est pas raisonnable. Je perds la tête. Je secoue un peu la tête pour me débarrasser de cette image saugrenue avant de bégayer quelques mots.

« M... Merci... C’est beaucoup d’argent... Tu ne devrais pas, je n’ai rien fait pour le mériter. Et encore moins d’aller dans une auberge avec ton argent... »
« Je suis sûr d'avoir une belle surprise à ton retour. »
« Oui. D’acccord. »

Mon cœur s’emballe doucement. Ce murmure. Ce geste. Ces attentions. Cette voix si tendre. Je rougis encore. Je me laisse complètement porter par ce que fait Noriaki pour moi que j’en oublie de garder les pieds sur terre. Je suis idiote. Ce n’est qu’une aide qu’il m’apporte. Rien de plus. Et demain, nos chemins se sépareront. Je souris alors à Noriaki en rangeant précieusement l’argent qu’il m’a donné puis je finis par avancer dans les ruelles de la petite zone animée de la bourgade que nous avons atteinte. Une vitrine de petits vêtements me fait soudainement de l’œil. Ce qui est présenté semble être relativement à mon goût. Et les prix sont accessibles. Je regarde alors mon accompagnateur avec le sourire.

« Je vais entrer ici. Je n’en ai pas pour longtemps, promis. A tout de suite ! »

Je me faufile alors dans ce petit magasin peu fréquenté. Tout de suite, une charmante jeune femme m’accueille et me demande si j’ai besoin d’aide. Probablement. Mais j’aimerais choisir mes vêtements seule. Prendre le temps de trouver ce qu’il faut sans abuser. Je fais le tour tout en me rappelant que quelqu’un m’attend. Ce serait mal venu de le faire patienter trop longtemps. Je finis par me décider sur une tenue légère et agréable à porter pour le quotidien. Du moins, ça fera l’affaire pour quelques jours. J’en choisis une seconde pour avoir quelques tissus d’avance sans abuser de l’argent qui m’a été confié. Me voilà prête. Une tenue déjà sur moi, je vais pour payer quand une jolie robe m’attire. Si belle. Et rouge. Je n’ai pas besoin de robe. Mes yeux s’écarquillent doucement et il me vient alors une idée. Douce idée de récompense envers quelqu’un qui m’a fortement aidé. Une idée toute simple. Juste une soirée pour se détendre, habillée convenablement. Est-ce que ce genre de vêtement pourrait plaire ? Je ne sais pas et je ne souhaite pas demander des avis pour peu qu’on me pose des tas de questions. Alors je vais essayer cette parure dans la plus grande discrétion. Et je l’achète également sans faire de vague. Je la cache bien dans le fond d’un sac qui abrite mon autre tenue de tous les jours. Puis je sors, contente, préparant dans ma tête cette douce surprise.

« Me revoilà. J’espère que je n’ai pas été trop longue ? Je n’ai pas tout dépensé, il reste un peu d’argent. J’ai pris une tenue en plus, au cas où. »

Je tends alors le reste de l’argent à Noriaki par politesse afin qu’il comprenne que je ne souhaite pas abuser de son don.

« Est-ce que cette tenue est correct pour chercher une auberge ? »

J’ai l’impression d’être une enfant qui découvre la vie. Pour moi, ma tenue est correcte. Et surtout, je m’y sens à l’aise.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noriaki A. Hoyang
Noriaki A. Hoyang
Arcanien Traître
12.10.18 21:53
Messages : 21
Arcanien Traître


-... Fermer les yeux ?... Je... D’accord. Mais pourquoi ?

Je pouvais voir qu'elle rougissait, j'étais si proche d'elle et malgré ses questions...elle fermait les yeux, je pouvais parfaitement deviner qu'elle souhaitait quelque chose que je pouvais lui donner. Mais je ne voulais...pas paraître grossier en faisant quoi que se soit. Nous avions dormi ensemble une nuit, j'avouer que cela avait été agréable, je ne pouvais pas le nier. Cette chaleur m'avait apporté quelque chose que je n'avais jamais senti...Mais je ne pouvais pas décrire ce que j'avais ressenti...Cela m'était inconnu et j'avais certainement besoin de temps pour comprendre. En général, je me serais isoler pour méditer à la façon de mon peuple. Une méditation très important lorsque nous sommes petits, ceci afin de prendre conscience de notre pouvoir et de le contrôler.

Mais pourtant, je suis la, je ne l'ai pas encore laissé...et je lui donnais de l'argent pour aller s'acheter des vêtements. Je ne le voyais pas vraiment, mais le fait que je fasse ça...c'est que j'étais prêt à ne pas l'abandonner. Qui aiderait quelqu'un à ce point pour ensuite disparaître ? Je ne m'en rendais pas compte et je ne savais pas ce qui me prenait.

-M... Merci... C’est beaucoup d’argent... Tu ne devrais pas, je n’ai rien fait pour le mériter. Et encore moins d’aller dans une auberge avec ton argent... 

-Ca c'est ton jugement...Je suis plutôt radin d'habitude, tu dois avoir une bonne étoile à présent pour réussir à me faire lâcher ma bourse.

Je ricanais alors un peu. Je ne disais pas ça sérieusement mais c'était plutôt pour qu'elle ne se sente pas mal à l'aise...surtout après avoir cru lire une certaine frustration dans son regard comme si je ne lui avais pas donné ce qu'elle désirait...et ce n'était pas une question d'argent visiblement, même si ce regard avait vite changé lorsqu'elle avait pris conscience de ce qu'il lui offrait. Tout ceci c'était passé en l'espace de quelques secondes...mais je l'avais vu. Cependant, le sourire l'avait regagné.

- Je vais entrer ici. Je n’en ai pas pour longtemps, promis. A tout de suite !

-A tout de suite.

Je restais dehors et je la laissais faire ses petits affaires pendant que je m'assurais que personne de suspect ne nous ait retrouvé. Je lui épargnerais ainsi de quoi s'inquiéter et je constaterais par moi même que cette petite bourgade pouvait être un petit refuge pour le moment. Elle ne devait pas rester ici, c'était bien trop prêt du lieu qui avait été témoin de sa libération. Elle ne devrait jamais rester au même endroit trop longtemps, c'est ce en quoi sa vie allait se résumer non ?

Je bougeais beaucoup aussi...finalement, je venais à croire que le ciel avait décidé de réunir mon chemin au sien. Comme si celui-ci souhaitait que je continue ma petite route de vagabond avec une vagabonde. En y réfléchissant...je n'avais pas envie de la laisser...Et pendant ce temps, je ne réalisais pas comment celui-ci s'écoula rapidement, plongé dans mes pensées.

-Me revoilà. J’espère que je n’ai pas été trop longue ? Je n’ai pas tout dépensé, il reste un peu d’argent. J’ai pris une tenue en plus, au cas où. 

Je reste alors figé les yeux rivés sur elle alors que je sentais dans ma main le reste de la bourse qu'elle n'avait pas dépensé. Je la serrais doucement dans ma main, complètement absorbé par ce que je voyais...Cette tenue lui allait trop bien...Je sentais mon cœur louper une série de battement. Je pense que j'aurais pu mourir si elle n'avait pas décidé de reprendre la parole...ce qui me fit détourner ce regard qui la dévorait...

-Est-ce que cette tenue est correct pour chercher une auberge ?

-Je...je pense que tu as vu comme je te regardais...Tu dois...avoir la réponse à ta question...enfin...moi ça me convient...très bien.

J'en perdais presque mes moyens...j'avais presque honte de l'avoir dévoré des yeux ainsi mais...Elle étais si belle bien habillée de cette façon. Je ne la reconnaissais même pas. Elle semblait déjà si loin de son passé d'esclave...

-Tu...Tu es même trop magnifique dedans...

Je n'osais même plus la regarder...j'étais gêné et d'autant plus maintenant que j'avais sorti cette phrase. Je me sentais même rougir...mais je ne pouvais pas continuer à agir telle un enfant. Je secouais alors un peu la tête pour évacuer tout ça et je réussi à nouveau à porter mon regard sur la jeune fille...

-J'espère que tu t'es fait plaisir...je sens cette bourse encore lourde.

Je fini par sourire avant de venir remettre une mèche de cheveux de Stella...je plongeais mon regard dans le sien, laissant ma main longer son visage pour finir sur sa joue et la caresser...cette joue qui pas plus tard qu'hier ruisselait de larme. Je ne savais pas ce qu'elle était et...elle ne savait pas vraiment ce que j'étais, malgré le fait que je lui ai raconté une histoire mais...sa présence était plus qu'agréable.

-Viens, allons trouver une auberge. Tu dois toi aussi avoir des heures de sommeil à rattraper.

Je me tournais alors, commençant à prendre le pas en l'emmenant avec moi, l’entraînant par la taille sans pour autant que cela paraisse d'être un geste de proximité. J'accompagnais plus sa marche pour qu'elle me suive que de la tenir à moi...Je regardais ensuite les enseignes, passant en dessous de certaine sans prendre le temps de m’arrêter pour voir ce qu'ils proposaient. Je n'avais pas envie d'une auberge de moyenne classe...j'avais envie d'un lit, un vrai, quelque chose d'agréable ou je ne regretterais pas d'y avoir mis des moyens et...Je pense que pour Stella c'était pareil. Après tout...je ne savais même pas dans quelle condition elle dormait en tant qu'esclave...

Je m’arrêtais alors devant une enseigne qui disait tout de suite qu'il fallait y mettre les moyens rien que par son apparence riche et soignée. Je souris alors et j'emmenais Stella dedans, qui devait sûrement se dire que j'avais les moyens vu la bourse qu'elle avait vu tout à l'heure...J’espérais juste qu'elle ne me demande pas d’où vient cette somme.

-Bien le bonjour. Il est encore tôt mais...Nous sommes bien entendu disposer à vous donner une chambre. Alors...Que désirez vous ?

Nous étions devant l'accueil et...vu l'heure, je pouvais comprendre les paroles de cet homme. Mais...Je m'en fichais pas mal, il n'y avait pas d'heure pour dormir ou se reposer. Je me tournais alors vers Stella et lui sourit...

-Tu veux...ta propre chambre ? Ou on prend une chambre à deux lits ?

-Veuillez me pardonner monsieur mais...Nous n'avons plus que des chambres à lit deux places...

Je clignais des yeux, une nouvelle fois gêné mais...Je ne rougis pas cette fois. Le choix était à Stella, c'est elle qui devait se manifester...mais je m'imaginais qu'elle prendrait une chambre pour elle seul, c'était le plus...convenable peut-être ? Dans la forêt, cela avait été une question de survie...maintenant ce n'était plus le cas et elle avait le choix.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stella Steenwal
Stella Steenwal
Fléau des Démons
14.11.18 19:12
Messages : 25
Fléau des Démons
Est-ce que ça te plait... ?
Je bégaie beaucoup. Je me sens étrange. Mais quelle idée de croire que ça aurait pu tourner en un baiser ? J’efface très vite tout ça de ta tête. « Ça c'est ton jugement... Je suis plutôt radin d'habitude, tu dois avoir une bonne étoile à présent pour réussir à me faire lâcher ma bourse. » Il rit légèrement et je suis son comportement pour tenter d’oublier ce à quoi je viens de penser. C’est plus sage. De toute manière, ce n’était pas à penser. Je suis idiote. J’ose seulement espérer que ma gêne et ma frustration passagère n’ont pas été remarquées. J’accepte l’argent et je prends le chemin pour la bourgade le plus rapidement possible. Il faut vraiment s’occuper de mon allure qui n’est pas des plus recommandables. Je trouve d’ailleurs très vite mon bonheur en vitrine et je reste même très honnête en ne choisissant pas ce qui peut couter très cher. Je promets à Noriaki de revenir rapidement et je m’engouffre dans le petit magasin.

Je ne mets pas trop de temps pour en sortir. Je suis ravie de ce que j’ai trouvé et surtout, je suis très émue de la petite surprise que je prépare à cet homme. Ce ne sera pas grand chose mais une soirée, bien habillée, juste pour lui faire passer du bon temps après ce carnage, c’est bien, non ? Sans vouloir en faire de trop. Je lui rends rapidement sa bourse encore remplie à moitié en attendant une réaction de sa part. Après tout, Il sera le mieux apte à me dire si ça ne convient pas. Mais je n’ai pas de réponse. Je penche un peu la tête sur le côté pour observer cet homme qui semble perdu dans ses pensées. Son regard est rivé sur moi et pourtant, aucun geste ni aucune parole ne sort. Je ne comprends pas. Suis-je trop extravagante ? Je me mords un peu la lèvre, ne pensant pas une seule seconde que je puisse seulement le perturber...

« N... Noriaki ? Est-ce que ça va ? Tu trouves que c’est exagéré, c’est ça... ? »
« Je... je pense que tu as vu comme je te regardais... Tu dois... avoir la réponse à ta question... enfin... moi ça me convient... très bien. »
« Tu es sûr ? Tu sembles... gêné... Je ne veux pas paraitre grossière, vraiment... »
« Tu... Tu es même trop magnifique dedans... »
« M... Merci ! »

J’apprécie le compliment et je m’en sens même extrêmement gênée. Mais Noriaki est tellement bizarre tout à coup que je me mets tout de même à douter. Il ne parle plus, ou trop peu. Il détourne le regard. Il semble nerveux... Il rougit... ? Je rougis alors à mon tour en crispant mes doigts sur le tissu de mes nouveaux vêtements. Pourquoi rougit-il... ? Il ne me trouve tout de même pas si magnifique... Si ?

« Tu... rougis vraiment ? »

Je ne sais pas si je fais bien de demander cela car très vite, le sujet revient sur la bourse que je lui ai rendu. Je laisse alors tomber le sujet et sourit en le regardant.

« Je t’assure que j’ai pris ce dont j’avais besoin. Je ne voulais pas gaspiller inutilement ! Cet argent pourra te servir pour autre chose. »

Ah. Son sourire revient. Si chaleureux. Et ce regard, si aimant. Je suis une fois de plus captivée. Et quand sa main parcourt mes cheveux puis mon visage, je me mets à rougir de nouveau. Je ne peux pas quitter ses pupilles mais la chaleur qui m’envahit traduit bien la perturbation qui me gagne. Mon cœur accélère ses battements légèrement. « Viens, allons trouver une auberge. Tu dois toi aussi avoir des heures de sommeil à rattraper. » Je me reprends sur ces mots puis j’acquiesce en silence, gardant ce sourire gratifiant. Mais ma gêne ne désemplit pas. Je suis Noriaki qui prend soin de me guider de façon très proche. Son bras autour de ma taille me rend nerveuse. Non pas négativement mais cette proximité me fait rougir bien plus. J’essaie de faire comme si de rien n’était en le suivant style de rien. Pourquoi... Comment peut-il seulement prendre soin de moi ainsi alors qu’il ne me connait pas... ? Je suis si heureuse mais en même temps, quand viendra le moment de se séparer, tout sera si dur... Parce que je vais finir par m’y habituer et ce n’est pas bon.

Je ne dois pas penser à ça. Je secoue la tête. Et le temps de me remettre de ces pensées, je me vois déjà fouler le sol d’une auberge dont la devanture en dit long... C’est... juste magnifique... Mais... ça doit être terriblement cher. Je ne veux pas que Noriaki perde son argent pour moi ainsi. Une simple auberge aurait pu suffire. Mais je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit que la demande de notre hôte est déjà faite. « Tu veux... ta propre chambre ? Ou on prend une chambre à deux lits ? » Je le regarde alors avec une pointe d’hésitation. « Veuillez me pardonner monsieur mais... Nous n'avons plus que des chambres à lit deux places... » Après tout ce qu’il vient de se passer, je n’ai pas vraiment envie de rester seule. Mais est-ce seulement raisonnable et bien vu de demander la même pièce ? Mais je voulais lui faire cette surprise... Mon regard bascule de Noriaki à ce propriétaire. Finalement, je m’avance un peu et prend la parole. Je ne veux rien regretter et passer un moment sans crainte. Maintenant que je suis libre, je peux choisir. Et je sais que le silence de Noriaki m’autorise à faire mes choix.

« Nous prendrons une seule chambre pour tous les deux. Si c’est encore possible ? »

La personne en face de nous sourit et me confirme que c’est envisageable. Avant même qu’il ne choisisse la chambre, je me permets une dernière requête.

« Est-ce que c’est possible d’avoir une chambre chauffée ? Avec une cheminée ? Il va faire froid cette nuit et... Je ne veux pas que nous ayons froid. S’il vous plait. »
« Vous avez de la chance. Il m’en reste une qui n’a pas été réservée. Je peux vous la confier. »
« Merci beaucoup ! »

Je regarde alors Noriaki en espérant qu’il ne prendra pas mal cette décision. Mais quitte à dormir sur le sofa de la chambre, je m’en fiche. Je ne veux juste pas être seule. Vraiment pas. J’avance alors en suivant notre guide qui nous mène rapidement à la chambre. Et quand je rentre, le spectacle reste vraiment incroyable à mes yeux. Je ne pensais même pas qu’un jour, je puisse entrer dans un lieu si... spacieux. J’avance de quelques pas pour laisser Noriaki entrer mais mes yeux sont rivés sur la beauté de la chambre. On dirait presque un salon tant c’est grand et luxueux.

« C’est super joli... »

Je finis par me tourner vers cet homme qui découvre également la chambre. Je m’approche alors pour fermer la porte derrière lui et je viens poser une main sur son épaule pour qu’il se tourne vers moi. Je lui souris sincèrement. C’est presque instinctif.

« J’espère que ça ne te dérange pas que j’ai choisi cette chambre pour deux ? Je ne voulais pas rester seule mais si jamais, je peux dormir sur le canapé ! Je souhaitais juste que tu ne sois pas loin... »

Je m’approche alors. Je ne sais pas ce que je fais réellement mais je sais que si je ne le fais pas, je vais le regretter. Alors je me mets doucement sur la pointe des pieds et je dépose un léger baiser au coin de ses lèvres.

« ... Je voulais te remercier pour tout ça... De m’avoir libéré et aidé. Et de m’offrir un toit pour cette nuit. J’ai... une surprise pour toi... ! »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noriaki A. Hoyang
Noriaki A. Hoyang
Arcanien Traître
17.11.18 16:49
Messages : 21
Arcanien Traître


-M... Merci ! 

-D...de rien...c'est la vérité...

Je n'avais pas pour habitude de mentir...même dans ce genre de situation je tenais à rester correcte. Mais je pouvais la voir qui semblait m'observer alors que je rougissait car je voyais bien que ma remarque l'avait touché. C'était gênant et je me sentais plutôt faible en ce moment même, incapable de savoir me contenir réelement...

-Tu... rougis vraiment ? 

-... Et toi tu rougis aussi ?

Ainsi, elle savait que j'avais aussi remarquer ce détail chez elle et...qu'aucun de nous deux n'avaient à répondre puisque en quelque sorte nous nous répondions physiquement...Enfin, y avait-il seulement besoin de répondre à cette question qui témoignait de son observation ?

-Je t’assure que j’ai pris ce dont j’avais besoin. Je ne voulais pas gaspiller inutilement ! Cet argent pourra te servir pour autre chose. 

-Ne t'en fait pas, l'argent n'est qu'un moyen d'obtenir ce que l'on souhaite plus facilement tout en ne rendant pas heureux.

Je disais la quelque chose plus philosophique qu'autre chose. J'étais un prince et aujourd'hui je serais roi de mon peuple vu que tous les membres de ma famille sont décédés. Cependant, je n'avais plus personne pour composer un peuple. Je savais ce que c'était d'être riche et de ne rien avoir à présent. Je connaissais la valeur des mots que je venais de lui dire mieux que n'importe qui, même si sur cette planète je pouvais liquider cette richesse, cela ne m'apporterait rien.

J'amenais après tout ça Stella à l'auberge qui me paraissait la plus agréable. Elle avait droit à un lit des plus douillet après avoir vécu des années...de manière inadéquate ? Mais le réceptionniste n'avait plus tellement de choix de chambre alors je proposais à Stella de choisir en silence ce qu'elle souhaitait. Je ne voulais rien lui imposer. Après tout, la nuit dans ces bois était une histoire de survie à la froideur de la nuit...ici c'était différent.

-Nous prendrons une seule chambre pour tous les deux. Si c’est encore possible ?

Je restais surpris, ne pensant pas une seul seconde qu'elle aurait pris la chambre à lit deux place...cela voulait dire que nous allions encore dormir ensemble mais...dans un lieu bien plus agréable. Je faisais du mieux que je pouvais pour cacher ma gêne en ce moment même...la laissant alors gérer pour le moment puisqu'elle semblait prendre les rêne malgré qu'elle ait été esclave hier...le changement était incroyable.

-Est-ce que c’est possible d’avoir une chambre chauffée ? Avec une cheminée ? Il va faire froid cette nuit et... Je ne veux pas que nous ayons froid. S’il vous plait.

Je pouvais même la voir prendre d'autres initiatives. Elle semblait aller bien mieux que lorsque je l'avais rencontrer, ne sachant pas vraiment quoi faire lorsqu'elle avait ses chaînes retirées. Je décidais de ne rien dire, content de voir comment elle s'en sortait.

-Vous avez de la chance. Il m’en reste une qui n’a pas été réservée. Je peux vous la confier.

-Merci beaucoup ! 

Je suivais alors notre guide jusqu'à la chambre et je pouvais ainsi découvrir la chambre une fois dedans après avoir ouvert la porte. Je n'étais pas surpris de l'intérieur mais Stella, elle, semblait émerveillée de voir cette chambre si belle.

- C’est super joli... 

-En effet !

Stella va alors fermer la porte et je sentais la main de la jeune fille sur mon épaule. Je me tourne légèrement vers elle, pas entièrement et j'écoutais ce qu'elle avait à me dire.

-J’espère que ça ne te dérange pas que j’ai choisi cette chambre pour deux ? Je ne voulais pas rester seule mais si jamais, je peux dormir sur le canapé ! Je souhaitais juste que tu ne sois pas loin...

-Non ne t'en fait pas ça me va parfaitement. Je suis content de te voir prendre des initiatives comme ça alors que je t'ai vu complètement perdue quand je t'enlevais tes liens d'esclave. Mais je vais pas te dire de dormir sur le canapé...tu dors ou tu veux. Le lit est plus confortable.

Et puis ce serait plus à moi de dormir sur le canapé...Je me tournais alors un peu plus vers elle et … c'est la que je restais surpris lorsque ses lèvres se posaient alors sur les miennes. Peut-être n'aurais je pas du bouger ? Je rougis alors fortement en sentant la douceur de ses lèvres qui donnaient envie de les dévorer...

-... Je voulais te remercier pour tout ça... De m’avoir libéré et aidé. Et de m’offrir un toit pour cette nuit. J’ai... une surprise pour toi... !


-Je...pardon...Hein ? Me remercier ? … Une surprise ?

Je comprenais plus rien du tout, ce petit baiser maladroit m'avait complètement fait perdre le fil de la discussion. J'étais en train de tout mélanger dans ma tête...C'était le bisou la surprise ? Je ne comprenais rien du tout...Vraiment...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stella Steenwal
Stella Steenwal
Fléau des Démons
03.12.18 21:24
Messages : 25
Fléau des Démons
Est-ce que ça te plait... ?
Je ne sais pas tellement comment les gens se comportent. J’ai l’impression d’avoir été emprisonnée trop longtemps. J’ai l’impression d’avoir loupé tellement de chose. Alors peut-être que le fait d’être ravie d’avoir une tenue qui plait parait idiot, mais pour moi, c’est comme si je sortais de l’ombre et que l’on m’acceptait dans le monde libre. Finalement, je souris sincèrement. Noriaki et moi nous renvoyons la balle en ce qui concerne notre comportement et nos questions. On est comme deux idiots actuellement... Non ? Mais ça me fait sourire et pour la première fois depuis longtemps, j’ai l’impression que l’on me guide avec envie sur le chemin de la liberté.

« Ne t'en fait pas, l'argent n'est qu'un moyen d'obtenir ce que l'on souhaite plus facilement tout en ne rendant pas heureux. »
« Je suis sûre que tu as raison mais par principe, je ne voulais pas profiter de ce que tu m’as offert. Parce que tu n’étais pas obligé de faire ça pour moi. »

Tout ce qu’il a fait jusque là n’était pas une obligation alors je n’ai pas à en profiter. J’ai utilisé assez de son argent. Mais quand le moment de rentrer dans l’auberge choisie arrive, je me mords la lèvre. Encore autant d’argent dépensé pour moi. C’est une bénédiction pour moi. Jamais je n’aurais cru pouvoir profiter de tant de luxe alors que je suis à peine libérée de mes entraves. Je n’ai pas envie d’en profiter de façon malsaine mais je sens dans le regard de Noriaki qu’il cherche juste à m’éviter de mauvais moments, encore une fois. Son silence me permettant d’agir est significatif et je comprends alors que j’ai le droit de profiter doucement de cette main tendue. Alors je prends les devants en souriant. Je suis contente et en même temps si stressée. Tout ça sera bientôt fini. Alors je dois en profiter.

La découverte des lieux me stupéfait. C’est magnifique. « En effet ! » Et je constate que Noriaki aime les lieux aussi. Heureusement ! C’est tout de même moi qui ai choisi la chambre quelque part. S’il ne l’aime pas, je m’en serais voulu !

Non ne t'en fait pas ça me va parfaitement. Je suis content de te voir prendre des initiatives comme ça alors que je t'ai vu complètement perdue quand je t'enlevais tes liens d'esclave. Mais je vais pas te dire de dormir sur le canapé... tu dors ou tu veux. Le lit est plus confortable. »
« C’est parce que tu m’aides beaucoup. Enfin... tu me guides alors c’est plus facile, non ? Et puis tu ne peux tout de même pas dormir sur le canapé ! C’est pas confortable. Toi aussi tu as dormi par terre dans cette forêt alors un peu de confort, c’est bien pour toi aussi. »

J’accompagne ces mots par un mouvement doux. Juste un léger baiser au coin de ses lèvres mais au lieu du résultat escompté, je sens ses lèvres sur les miennes. Je suis alors très confuse et mes yeux s’écarquillent quand je croise le regard de Noriaki.  Le contact dure seulement quelques secondes. Quelques secondes où je me sens si gênée. Je ne pensais pas qu’il tournerait la tête à ce moment-là et voilà que je l’ai embrassé sans vraiment faire exprès. Mes joues s’empourprent bien vite alors que je bégaie doucement, amenant la surprise dans la conversation pour oublier ce doux incident.

« Je... pardon... Hein ? Me remercier ? … Une surprise ? »
« Oui ! Je reviens. Attends-moi ici ! »

Je garde alors mon sac où j’y ai accumulé mes tenues et je sors de la chambre après avoir laissé un sourire à Noriaki. Je retourne vers le responsable de l’auberge rapidement pour lui demander un petit service. Mon temps d’absence n’est pas long mais je prends tout de même mon temps pour me changer dans une autre chambre que l’on me prête juste pour que je puisse enfiler ma robe. N’ai-je pas dit que je voulais que ce soit une surprise ? Alors autant me changer là où Noriaki ne peut pas me voir du tout ! J’enfile avec précaution cette robe. Je ne sais pas si ça me va ou pas. Si ça se trouve, je suis ridicule dans ces vêtements. Mais moi, je la trouve jolie... Je place mes parures comme il faut et me coiffe un peu mieux. Voilà. Je me regarde alors dans le miroir.

« C’est pas si mal... »

Je souris alors avant de mettre mon autre tenue dans le sac et de retourner vers l’aubergiste qui me donne ce que je lui ai demandé. Je retourne enfin à la chambre, frappant doucement avant d’entrer et refermer la porte. Je pose alors mon sac, gardant un large plat de l’autre main avec de quoi manger à l’intérieur. Puis enfin, mon regard se pose sur Noriaki.

« J’espère que je ne t’ai pas fait trop attendre ? Vu le prix de la chambre, on m’a dit qu’on pouvait avoir de quoi grignoter un peu avant le repas alors... Je me suis dit qu’on pourrait passer une bonne soirée au coin du feu... Est-ce que ça te dit ? »

Je rougis légèrement. Je ne sais vraiment pas comment il va réagir. Peut-être me prendra-t-il pour une idiote. Je dévie un peu le regard à cette réflexion. Je parcours doucement la chambre. Elle est vraiment bien aménagée. Et le feu crépite doucement. Il y a même un point d’eau qui fait très naturel. C’est chaleureux. Mais peut-être que je suis un peu bizarre au milieu de ce décor...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noriaki A. Hoyang
Noriaki A. Hoyang
Arcanien Traître
03.12.18 22:31
Messages : 21
Arcanien Traître


-Je suis sûre que tu as raison mais par principe, je ne voulais pas profiter de ce que tu m’as offert. Parce que tu n’étais pas obligé de faire ça pour moi.

Elle n'était pas dépensière et cela me faisait plaisir et me plaisait. Cela n'en avait pas vraiment l'air mais je lui faisais passer des tests en ce moment même afin d'analyser un peu sa personnalité. Pour le moment elle s'en sortait bien, je n'avais rien à lui reprocher. C'était étrange pourtant puisque je savais qu'elle avait été esclave. Peut-être ne l'avait-elle pas été toute sa vie ? Cela expliquerait certaines choses...

Cette chambre à l'auberge était magnifique, je devais l'avouer. Je ne m'attendais pas à une telle chose ni à un telle choix de Stella. Mais j'appréciais. Je pouvais voir que dans le fond, elle avait l'envie de vivre, la joie de vivre. C'était ce qu'il fallait pour qu'elle s'en sorte maintenant. J’espérais juste que ce moment de bonheur qui se lisait sur son visage et ses lèvres en ce moment même ne s'effacerait pas rapidement et qu'elle ne tomberait pas sur ses ravisseurs de si tôt...

- C’est parce que tu m’aides beaucoup. Enfin... tu me guides alors c’est plus facile, non ? Et puis tu ne peux tout de même pas dormir sur le canapé ! C’est pas confortable. Toi aussi tu as dormi par terre dans cette forêt alors un peu de confort, c’est bien pour toi aussi.

-Je ne te guide pas vraiment, je te montre juste une zone et...toi tu entres dedans et tu fais tes choix. Tu es libre après tout. Hm...Sinon pour le lit...étant deux places...chacun son côté ?

Et ce moment gênant arriva...j'avais pu sentir ses douces lèvres de femme sur les miennes...c'était perturbant et...il fallait vite que cette situation change pour que le malaise passe et que personne ne reste dessus. Une manière d'éviter le sujet dirons nous...et cela fonctionnait. Mais je pouvais voir Stella rougir et...je devais bien avouer que c'était mignon à voir...en plus, avec ses beaux cheveux on ne pouvait que mieux le voir. Je sais pas ce qui me prenais en ce moment même mais...il était difficile depuis tout à l'heure de retirer mon regard de cette....créature...

-Oui ! Je reviens. Attends-moi ici !

-Je n'ai pas le choix...on dirait !

Mais...que faire durant ce temps ? Une chose est sur, je me débarrassais de mes affaires, laissant ce petit sac qui me permettait d'avoir quelques vêtements de rechange et ma bourse sur le bord du lit. Je pris alors une bonne bouffée d'air en me demandant bien ce qu'elle préparait...puis mon regard glissa vers le feu et je me laissais bercer par la danse affolée des flammes...Des flammes qui peuvent paraître si chaude et inoffensive alors...que d'un autre côté, cela rappelait aussi la destruction de mon monde.

Lorsque Stella revint, je me retournais et la je laissais presque ma machoir à l'abandon...mais je la retenais de justesse...les mots ne me venait plus...ce changement...elle était encore plus belle que dans son autre tenu aguicheuse tout de même...Et...elle semblait porter quelque chose...

 -J’espère que je ne t’ai pas fait trop attendre ? Vu le prix de la chambre, on m’a dit qu’on pouvait avoir de quoi grignoter un peu avant le repas alors... Je me suis dit qu’on pourrait passer une bonne soirée au coin du feu... Est-ce que ça te dit ? 

Je me disais rien...trop absorber en fait. Je m'approchais alors d'elle après qu'elle ait fermé la porte et...ne la lâchant pas du regarde, je faisais passer ma main sur ses mèches qui tombaient sur son front pour les mettre un peu de côté, laissant alors ma main glisser sur sa joue et la lui caresser tendrement...s’arrêtant sur le menton pour lui redresser un peu la tête...Mais était-ce...une bonne idée ? … En tant que...membre de la famille royal, j'avais des règles à respecter...mais mon peuple n'existait plus et pourtant...je n'y arrivais pas. Etais-je si accrocher encore à ces...traditions ? Je ne pouvais normalement pas attirer la femme que je voulais dans mes bras...Et lorsque je repris un peu mes esprits, mes lèvres frôlaient presque les siennes...

-Hm...Non ça va...tu as été rapide...Je...laisse moi te débarrasser de ça, je vais le poser sur la table à côté de la cheminée...

Je m'éloignais alors d'elle, le plat en main et le posa délicatement sur la table...Je regardais ce qui était proposé et je pris quelque chose en main, du bout des doigts, ne connaissant pas encore toute la nourriture de ce monde, j'ignorais ce que c'était. Je revins alors vers Stella et je lui tendrais doucement le morceau en souriant...Mais...

-...Je ne devrais pas...Je suis désolé Stella...je reste un peu attaché à des choses...qui ne devraient plus exister...

Je soupirais...Mais je n'arrivais pas décrocher. Quelque chose me poussait, je le sentais et je ne pouvais...pas lutter.

-Oh...et...et puis zut !

Je lâchais alors cette nourriture, la lançant en direction du plat et je vins soudainement prendre le visage de Stella entre mes mains pour poser mes lèvres sur les siennes, l'embrassant bien plus qu'une simple touchette de lèvres, venant briser sa défense pour sortir sa langue et faire tourner la mienne avec la sienne, une de mes mains se déplaçant à sa taille ensuite pour la serrer contre moi...Je l'embrassais doucement puis...plus sauvagement, avec du désir, laissant sortir ce que j'essayais de retenir jusqu'à présent. Ce qui pouvait sembler n'être qu'un simple baiser était déjà plus...profond...et il la fit tourner pour doucement reculer avec elle durant ce baiser, la poussant au bord de la cheminée pour qu'elle nous réchauffe et alimente ce moment, que cette chaleur donne un ascenseur rapide en quelques secondes de ce qui était en train de se passer...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stella Steenwal
Stella Steenwal
Fléau des Démons
11.12.18 22:33
Messages : 25
Fléau des Démons
Est-ce que ça te plait... ?
Il se trompe. Noriaki ne se doute pas une seule seconde à quel point il me guide. Je ne suis pourtant pas une idiote et j’ai connu la vie libre et normale avant de le rencontrer. Avant d’être emprisonnée par ces anges qui, pour moi, sont bien plus démoniaques que moi. Mais le peu de ce qui a été brisé chez moi me ramène au point zéro. Comme si je devais tout réapprendre. J’ai tellement l’impression d’avoir manqué tant de la vie. Revenir avec les mains déliées est difficile. Et son aide m’est très précieuse. Ces zones, je ne me les serais probablement pas ouvertes seule et je serais restée coincée bien plus longtemps avant d’avancer.

Alors que l’on apprécie les lieux tous les deux, je lâche un léger rire sans vraiment me contrôler. « Hm... Sinon pour le lit... étant deux places... chacun son côté ? » Je ne me moque pas mais la façon dont la chose est présentée, je ne peux pas m’empêcher de placer mes doigts devant mes lèvres pour rire discrètement. Je suis gênée de ces mots. D’ailleurs, je rougis légèrement. Mais après réflexion, nous venons de dormir l’un contre l’autre dans la forêt alors il n’y aurait pas de mal à se retrouver à dormir côte à côte encore, n’est-ce pas ? Ce n’est que pour dormir... Non ? Je regarde alors le lit plus attentivement.

« Je crois qu’il y a assez de place pour que nous puissions nous reposer. Je vais dormir au bord sans te gêner, c’est promis. »

Mes rougeurs ne s’en vont pas si facilement. Il a fallu que je sois si inattentive pour que... ce baiser arrive. Je ne souhaitais pas me montrer si déplacée mais je ne pouvais pas imaginer que nous nous croiserions aussi maladroitement ! Je me faufile dans un autre sujet de discussion pour éviter d’amener ce sujet délicat. « Je n'ai pas le choix... on dirait ! » Je quitte rapidement Noriaki pour revenir tout aussi vite. J’espère vraiment ne pas l’avoir trop fait attendre. Je me sens si mal à l’aise tout à coup. Je n’ai pas l’habitude de ce genre de vêtements. Je ne fais pas trop attention à sa réaction, trop perturbée de me montrer ainsi. Mais rapidement, mes yeux s’écarquillent doucement alors que ma respiration s’accélère un peu. Que fait-il... ?

« N... Noriaki... ? »

Je ne peux pas le quitter du regard. Plus maintenant que ses gestes sont si doux et affectueux. Très proches. Le plat m’échapperait presque de la main alors que ma tête est légèrement redressée. Ce bleu si intense me perd, le temps de quelques longues secondes. Et alors qu’ils me font un effet d’attraction fort, mes yeux se ferment presque. Je ne me contrôle plus et je le laisse me guider, encore une fois. Je peux sentir son souffle si près de moi. Ses lèvres si près. Mais...

« Hm... Non ça va... tu as été rapide... Je... laisse-moi te débarrasser de ça, je vais le poser sur la table à côté de la cheminée... »
« Je... Je t’en prie... »

Je suis légèrement frustrée. Pourtant, ce n’est pas ce que j’attendais en me montrant à lui ainsi mais cette proximité m’a plu. Le temps de quelques secondes. J’aurais tant souhaité qu’il... Non. Je ne peux pas penser ça. Nous allons grignoter quelque chose. Passer un bon moment et c’est tout. Demain, je ne verrai plus cet homme alors il ne faut pas dériver ainsi. Je me reprends un peu et je souris en le regardant choisir de quoi manger. J’espère qu’il aimera ce que j’ai choisi ! Je m’avance juste un peu mais il me prend de court et vient me proposer sa bouchée.

« ... Je ne devrais pas... Je suis désolé Stella... je reste un peu attaché à des choses... qui ne devraient plus exister... »
« ... Pardon ? ... Excuse-moi mais je ne comprends pas ce que tu veux dire... Est-ce que... tu vas bien ? »

Je reste ainsi à le regarder, bloquant sur ce petit morceau de nourriture. Puis, ce dernier est vite balancé vers le reste du plat et mon visage est brusquement pris en otage. « Oh... et... et puis zut ! » Un large couinement de surprise m’échappe alors que mes yeux forment des billes cette fois. Le geste de Noriaki est si vif que je ne l’ai pas vu venir. Mes lèvres sont prises d’assaut puis rapidement, bien plus que ça. Mon cœur loupe un, puis deux battements. Je ne sais pas comment réagir. Mes joues deviennent si chaudes et rouges. Pourtant... J’ai désiré ce baiser depuis longtemps. Et maintenant qu’il semble me le donner, je suis pétrifiée. Je... ne sais pas quoi faire.

Puis sa main vient frôler ma taille. Il s’en empare et devient plus ferme. Plus... sauvage. Je finis par perdre toute contenance et mes yeux se ferment presque. Je me laisse aller et n’offre plus aucune résistance. C’est agréable ce frisson si soudain qui parcourt mon échine. Sans même que je m’en aperçoive, mes mains viennent à son visage puis l’une d’elle remonte pour que je puisse glisser mes doigts dans sa chevelure. J’accentue ce baiser encore plus. Probablement maladroitement mais j’ose le faire alors qu’il me rapproche de la cheminée. Je tremble. Je crois que j’ai peur de ce qu’il peut se passer mais... je me sens si bien là. Comme si j’étais en sécurité. Je romps alors le baiser dans un long soupir, mordillant légèrement sa lèvre. Mon regard revient timidement vers celui de Noriaki, d’un bleu si intense.

« Tu... Tu gardais tout ça... au fond de toi depuis tout ce temps... ? »

Je ne sais plus trop où me mettre mais en même temps, je ne veux pas reculer. Plus maintenant que je sais qu’il voulait ce baiser tout comme moi je l’ai espéré. Je garde sa main contre ma hanche mais je recule encore un peu pour toucher le haut de la cheminée qui dépasse un peu. La chaleur recouvre ma peau mais elle n’est pas assez près pour me brûler. Je me mords doucement la lèvre.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noriaki A. Hoyang
Noriaki A. Hoyang
Arcanien Traître
Aujourd'hui à 0:11
Messages : 21
Arcanien Traître


-Je crois qu’il y a assez de place pour que nous puissions nous reposer. Je vais dormir au bord sans te gêner, c’est promis.

-... Non, prends quand même la place qu'il te faut.

Je la voyais revenir de cette salle de bain si bien habillée...Je n'avais pas su me retenir pour prendre son visage en main...et j'avais failli l'embrasser à nouveau, de manière bien plus forte que ce baiser maladroit qui n'avait pas vraiment été volontaire. J'étais si proche d'elle que je pouvais voir qu'elle aussi réagissait à cette proximité...

-N... Noriaki... ? 

Je la voyais fermer les yeux mais...Devrais-je le faire ? J'étais un peu partagé car au fond de moi, mon passé de prince me rattrapait et certaines attitudes royal refaisaient surface. Il n'avait jamais été convenu que je doive choisir quelqu'un pour partager ce genre de chose. Mais en même temps...ces choses n'avaient plus lieu d'exister puisque j'étais le dernier...Avais-je le droit de faire ce que je voulais ?

-Je... Je t’en prie...

Oui...J'avais reculé mais j'avais l'impression de faire une bétise d'un côté...J'avais visiblement du mal à résister à cette jeune femme et je me retenais ? Alors que personne n'était la pour m'en vouloir ? Me retenir ? … Franchement je me sentais plus qu'idiot...à quoi je jouais ?

-... Pardon ? ... Excuse-moi mais je ne comprends pas ce que tu veux dire... Est-ce que... tu vas bien ?

-Oui...Je vais bien...je...hmm

Et puis...Je me disais que je n'avais rien à perdre, que je devais passer le cap de ces barrières qui m'en empêchaient. Je pris le visage de Stella et je posais mes lèvres sur les siennes, l'embrassant assez sauvagement. Je l'avais approché par la taille pour coller son corps au mien. Je ne m'attendais pas à ce que la demone prolonge ce baiser, l'intensifiant même...Je ne pouvais que répondre à cette tournure...Mais bien vite...du moins cela me paraissait rapide mais je ne m'en rendais pas compte, elle rompit le baiser pour alors me regarder timidement...ce que je faisais aussi...je vais de franchir certaines barrières qui m'avaient toujours été interdite.

- Tu... Tu gardais tout ça... au fond de toi depuis tout ce temps... ?

-Oui...Mais maintenant...cette barrière est passée...

Elle me gardait la main sur sa hanche, je rougissais, cela me permettait de la garder si proche de moi...J'étais proche de la cheminée avec elle désormais...C'était plus qu'agréable mais j'étais pas prêt  à ce qu'elle allait me proposer...

- Je ne pensais pas à ce genre de surprise... Je pensais juste t’offrir un moment de détente autour d’un bon feu en mangeant quelques petits plats sympa. Mais peut-être que... tu serais plus heureux si...

-Cette surprise était...plus qu'agréable...je n'ai pas su résister à ton charme cette fois...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: