Tenebrae a perdu sa Reine il y a de ça de longues années.
Mais aujourd'hui, elle est revenue. Tenebrae renaitra.
Qui seras-tu ? Avec qui seras-tu ?
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Des fleurs pour la reine [PV Lilith]
Armand Erianor

Des fleurs pour la reine




Je serrais mon bouquet entre mes bras, veillant à ne pas écraser les fleurs qui le composaient. Un peu d'énergie de ma part leur permettrai de survivre au trajet de plusieurs heures sans problème. Assis à l'arrière de la camionnette, je remerciais la vitre ouverte de me faire parvenir un peu d'air dans cette chaleur écrasante. Encore cinq heures de trajet et j'arriverai dans ma ville de destination. Départ: 5 heures du mat. Arrivée: 15 heures, si tout allais bien. Faire ce trajet sans pose, dans une chaleur étouffante venant du chauffage du frileux de chauffeur, aurait été mortel pour n'importe quel bouquet si je ne m'étais pas servi de mes pouvoirs pour les nourrir. Mais comment en étais-je arrivé là? Il faut revenir à la journée d'hier.

Je tenais la boutique en l'absence de mon patron quand un surnaturel était entré. Pas besoin de pouvoirs pour le savoir, ses yeux le trahissaient. Les humains diraient lentilles de contact, mais je savais que ce n'était pas le cas. Puis une soudaine envie de galipettes m'avait indiqué sans hésitations l'espèce de l'homme qui se tenait en face de moi: un incube. Il était agité. Et à son regard, il savait que je n'étais pas humain. C'était même sûrement pour ça qu'il était venu.

- Que puis-je faire pour vous?
- Vous n'êtes pas humain n'est-ce pas?
- Exact. Je peux faire quelque chose pour vous?

Je ne voyais pas l'utilité de nier. Mentir n'est pas mon fort, et on lit sur mon visage comme dans un livre ouvert. Si il était là pour ça, autant savoir pourquoi.

- Je cherche quelqu'un pour livrer un bouquet à la Reine Lilith.
- Un non-humain était donc nécessaire. Et au vu des derniers événements, les autres ont refusé votre demande. Rien ne doit entraver une livraison de fleurs. Je le ferait pour vous. Que vous faut-il?
- Euuuh, j'y connais rien! Je veux l'encourager et lui montrer que son peuple est toujours avec elle.

Je lui fit signe d'attendre avant d'aller les fleurs adaptées dans la boutique. le bouquet serait étrange, mais je détestais les bouquets faits pour êtres beaux et sans le moindre sans. Du Camélia pour l'admiration et l'amour éternel. Du Chèvrefeuille pour la loyauté et la fidélité. Et des Coquelicots pour l'apaisement et la consolation. Une fois le bouquet fait, j’annonçais la signification des fleurs au client, qui parut plus que satisfait.

- Je ferais la livraison en main propre demain. Je vous enverrai une confirmation quand la Reine aura reçu son bouquet.

Une fois le bouquet payé, l'incube m'avait laissé un moyen de le contacter puis il était parti, bien plus souriant qu'à son arrivé. Et voilà pourquoi j'étais maintenant dans une camionnette surchauffée, en route pour la nouvelle Tenebrae. Mais une fois arrivé, j'avais eu du mal à accéder au palais. Les dégâts de l'attaque étaient encore visibles, les réparations bien en cours. Et bien sur, une fois arrivé au palais, je me retrouvais coincé à l'entrée, mon bouquets de fleurs à la main. Comment les gardes allaient-ils réagir à ma demande?

- Je viens livrer un bouquet à la Reine Lilith, venant d'un incube qui souhaitais représenter le soutiens de tous les sujets de la Reine.

Il ne me restais plus qu'à attendre et voir ce qui allait arriver.



Codage par Libella
Armand Erianor
Armand Erianor
Démon des Tempêtes
Messages : 9
16.04.20 17:28
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Steenwal
« Je viens livrer un bouquet à la Reine Lilith, venant d'un incube qui souhaitait représenter le soutien de tous les sujets de la Reine. »
« Et tu espères sincèrement que nous allons te croire ? »

Un léger coup de coude parvient dans les côtes du Démon qui vient de prendre la parole. Son confrère ne semble pas se montrer aussi méfiant. Après quelques mots échangés à son oreille, il se ravise avant de regarder cet étranger avec son bouquet.

« Restez-ici. Je vais voir si la Reine est disposée à vous recevoir. »

***

Si on m’avait dit qu’un jour je devrais superviser les travaux de rénovation de mon propre château, je ne l’aurais jamais cru. Et le mot « rénovation » reste bien faible. On peut assurément parler d’une nouvelle construction. Mes doigts passent sur le bois des reliures de certains meubles qui ont déjà bien été restaurés. Un triste sourire étire mes lèvres. Ce château était si beau. Et il a été détruit en si peu de temps par cette... enflure. Comme Ennoros a-t-il pu me faire ça... Se retourner contre moi et mener une partie de mon peuple à douter de mes engagements... Et comme si ça n’était pas suffisant, il a fallu que le Démon se réveille et qu’il rajoute des complications. Je soupire lourdement tout en observant autour de moi. Au moins, je ne peux pas dire que la solution de Shizuka n’est pas efficace. Son petit ami, certes peu apprécié ou bien pas totalement, reste un atout de taille pour tout remettre sur pied. Son pouvoir dépasse ce que j’aurais pu imaginer.

Je secoue légèrement la tête avant de me reprendre. Izaya a déjà reconstruit une bonne partie de notre bâtisse. Et même si les travaux sont toujours en cours, beaucoup de choses reprennent forme alors je ne dois plus penser à tout ça pour le moment. Car aujourd’hui, cet élémentaire n’est pas là. Shizuka est sortie. Avec lui. Alors c’est à moi d’arranger quelques finalisations par-ci, par-là. Et je me dois d’avancer le plus rapidement possible pendant que les enfants sont couchés. Raym est occupé alors je n’aimerais pas qu’il soit obligé de mettre fin à ce qu’il fait pour surveiller ces trois bambins. Mais il y a toujours quelque chose pour vous empêcher d’avancer...

« Ma reine ? »

Je me retourne presque brusquement. Prise dans mes pensées, je n’avais même pas remarqué qu’un démon venait vers moi. Décidément, je serais bien capable de laisser l’ennemi rentrer une fois de plus sans m’en apercevoir tellement toute cette situation me perturbe. Je fixe alors mon subordonné. Pleine d’interrogations.

« Qui y-a-t-il ? »
« Une créature demande à vous rencontrer. Elle aurait quelque chose à vous livrer. »

Je fronce directement les yeux. C’est la méfiance qui me gagne sans même réfléchir. Quelque chose à me livrer ? Alors que nous venons d’essuyer une attaque interne ainsi qu’une visite plus que déconcertante. Je ne crois pas à un simple hasard et cette histoire ne me plait pas. Je n’y crois pas.

« Que cette créature s’en aille. Je n’ai rien à recevoir. Et je suis apte à n’accueillir personne pour le moment. »
« Ma Reine. J’ai cru bon de penser la même chose mais il semblerait qu’un Incube ait demandé personnellement cette livraison. »
« Un... Incube ? »

L’un des nôtres donc. Mais pourquoi ? Et de quoi s’agit-il ? Et est-ce que cet Incube est réellement... de mon côté ? Avec tout ce qu’il s’est produit, je ne suis plus sûre de rien.

« Très bien. Je vais aller à sa rencontre. Prévenez Sama’el. Qu’il ne reste pas bien loin de nous. »

Je souris alors au messager avant de m’approcher de lui pour prendre la direction de la sortie. Jusqu’à arriver à l’entrée du château. L’aura de mon Gardien est forte. Je peux la sentir et me rassurer en sachant qu’il est tout près. Tapis dans l’ombre. Je m’approche alors de l’inconnu sans crainte. Faisant valoir directement ma supériorité rien que dans mon regard pourpre. Peu avenant mais non hostile. Car je peux pressentir une aura de démon chez cet individu qui ne m’échappe pas.

« Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous, étranger ? »


Lilith - Reine de Tenebrae
« Tu germeras et tu viendras à moi... » × by lizzou.
Lilith vous maudit en #5b238c / Merci mon chéri pour la signa ! ♥️
Des fleurs pour la reine [PV Lilith] 1b2l
Lilith Steenwal
Lilith Steenwal
Représentante des Succubes
Messages : 286
28.04.20 20:40
Revenir en haut Aller en bas
Armand Erianor

Des fleurs pour la reine





« Et tu espères sincèrement que nous allons te croire ? »

Je m'attendais à ce genre de réaction. J'avais de la chance qu'ils ne m'aient pas encore attaqué. Livrer des fleurs à une reine dont la ville vient d'être attaquée n'était jamais une bonne idée, mais rien ne pouvait se mettre entre le destinataire d'un bouquet et moi. Une drôle de conscience professionnelle de la part d'un démon. Mais j'y mettais autant d'énergie que dans les combats clandestins qui m'empêchaient d'attaquer le premier venu. Ce n'était qu'une autre forme de bataille.

« Restez-ici. Je vais voir si la Reine est disposée à vous recevoir. »

Apparemment, le second garde avait décidé de me laisser une chance. Une bonne chose, car j'étais prêt à rester devant le palais jusqu'à que le bouquet soit livré, quitte à me faire jeter plus loin par la garde. Pendant que le second garde était parti, le premier m'observait avec attention, guettant le moindre de mes mouvements. Heureusement qu'il ne sentait pas l'énergie que je donnais au bouquet, il aurait pu prendre ça pour une attaque. Il lève soudain la tête, se remettant dans une posture impeccable. Au même moment je ressent deux puissantes énergies approcher. Je sens à peine l'une d'entre elles, comme si son propriétaire se cachait. Quand à la seconde, elle appartenait à une succube d'une puissance à m'hérisser les poils qui s'avançait vers moi. Une puissance qui n'était pas hostile, mais qui faisait ressentir qu'elle était apte à faire très mal si j'avais le malheur de l'attaquer.

« Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous, étranger ? »

La Reine en personne, parfait. J'hésitais sur la suite, n'ayant aucune connaissance du protocole en vigueur, pour finalement faire une courbette moyenâgeuse que je pensais appropriée.

- Ma Dame, je viens vous livrer ce bouquet. Un Incube me l'a commandé, après avoir passé des heures à chercher quelqu'un qui accepterai de vous le livrer en main propre.

Je lui présentais le bouquet, sans toutefois le lui tendre. Je ne voulais pas que ce mouvement soit pris pour une attaque, j'attendais donc de savoir si elle allait bien vouloir le prendre, que ce soit en main propre ou par intermédiaire de ses gardes.

- Il m'a demandé des fleurs qui montreraient sa loyauté, son soutiens sans faille, son admiration à votre égard. Il représente beaucoup de vos sujets qui souhaitaient vous apporter une preuve de soutiens sans savoir comment le faire.

En attendant sa réponse, j'observais attentivement les alentours. Il serait idiot que quelqu'un me bouscule et abime le bouquet, ou attaque la Reine. Je n'avais pas envie d'attendre qu'elle se remette de blessures pour lui remettre le bouquet, ma boutique m'attendais. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle l'accepte, et pas dans deux heures, parce que je sentais une sacré tempête arriver. Et tenir des fleurs dans un bon état quand le ciel vous tombe sur la tête n'est pas la chose la plus simple. J'hésitais à la prévenir, histoire qu'elle ne finisse pas trempée, mais je ne savais pas si l'intention serait bien prise. Surtout que ce genre de tempête arrivait sans prévenir et avec une sacré énergie. Oh et puis flûte, au pire je passerais pour un abruti. Surtout que le ciel était bleu et sans le moindre nuage.


- Une tempête arrive, vous devriez vous mettre à l’abri.



Codage par Libella
Armand Erianor
Armand Erianor
Démon des Tempêtes
Messages : 9
02.05.20 18:27
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Steenwal
J’espère ne pas regretter mon geste. Si Raym était là, il serait probablement mécontent de savoir que je sors ainsi pour aller à la rencontre d’un parfait inconnu qui, soi-disant, vient faire une livraison de la part d’un Incube. Ces derniers sont plutôt méfiants ces temps-ci, avec tout ce qu’il vient de se produire. Alors partir quérir l’aide d’une personne qui ne vient pas de notre ville, il y a de quoi se poser des questions. De lourdes questions. Ceux qui seraient amenés à sortir si aisément des lieux seraient même bien de possibles traitres. Je me crispe alors. Est-ce qu’il s’agit d’un piège ? Pourtant je décide d’aller voir cet... énergumène. Mais je m’assure la protection qu’il faut en quémandant Sama’el. Demander à Raym de m’accompagner aurait été synonyme de carnage assuré.

Je ne mets pas de temps pour arriver devant ce que je suppose un démon. Son aura ne peut me tromper. Cependant, il ne s’agit pas d’un Incube. Ni d’un démon tel que mon époux. C’est autre chose. Un démon d’un type qui m’échappe. Cela m’intrigue fortement mais je garde encore toute méfiance bien active en cherchant réponses à mes questions. Cette révérence me fait sourire en coin bien que je ne la prenne pas réellement en considération. Peut-être est-ce un geste pour m’amadouer. Je ne suis sûre de rien. Je ne peux être sûre de rien en ces heures sombres.

« Ma Dame, je viens vous livrer ce bouquet. Un Incube me l'a commandé, après avoir passé des heures à chercher quelqu'un qui accepterait de vous livrer en main propre. »
« Et qu’est-ce qui me prouve que vous me dites la vérité ? Mes Incubes ne sont pas très enclins à quitter le royaume en ce moment... »

Ces mots sont prononcés avec une fermeté délicate. Mais mon iris dévie légèrement vers ce garde qui vient de se crisper doucement. Comme s’il voulait démentir ce que je venais de dire. Je reste légèrement perplexe avant de me concentrer de nouveau sur mon interlocuteur qui met en avant ce bouquet. Très joli et imposant. Aurait-il donc raison ? Je tourne alors la tête vers ce garde qui ne bouge maintenant plus. Mais je peux lire dans son regard comme un léger sentiment de compassion. Ou alors je me fais des idées. En temps normal, j’aurais ordonné à ce qu’ils se saisissent du bouquet à ma place pour éviter tout incident. Mais je sais mes subalternes rapides en cas de danger. Sans compter que Sama’el veille non loin. Je m’avance alors jusqu’à presque toucher ce fleuriste avant de me saisir doucement de sa composition fleurie.

« Il m'a demandé des fleurs qui montreraient sa loyauté, son soutien sans faille, son admiration à votre égard. Il représente beaucoup de vos sujets qui souhaitaient vous apporter une preuve de soutien sans savoir comment le faire. »
« Je vois. Et... Vous avez pris autant de risque pour franchir ces frontières ? Vous savez que les intrusions ne sont pas des plus appréciées en ce moment. »

Je ne peux que me dire que tout cela est vrai. Même si l’incident a eu lieu il y a de ça de nombreux jours, les rumeurs ne sont pas toutes arrivées à destination. Pourtant, cet étranger semble au courant de la situation. Un étranger qui se préoccupe des alentours dirait-on. J’essaie alors de récupérer son attention tout en tenant ce bouquet avec délicatesse.

« Le comportement d’un de mes gardes me fait croire que vous dites la vérité. Je vais donc considérer ces fleurs et le message qui va avec. »

Car s’il dit vrai, ce message est honorable et me touche énormément. A croire qu’Ennoros n’a pas emporté tous mes sujets avec sa folie.

« Une tempête arrive, vous devriez vous mettre à l’abri. »
« Oh... ? Vous êtes météorologue en plus d’être fleuriste ? »

On pourrait croire que je joue de l’ironie et que je me moque éperdument de ce démon. Mais en réalité, ce n’est pas le cas. Je reste encore légèrement perplexe face à la situation et je suis encore loin de me croire en sécurité. Alors ces mots sortent vraiment par instinct. Tout comme la réplique de ce démon. Je lève les yeux vers le ciel et je ne constate aucun nuage. Ni même une once de vent.

« Il ne pleut pas. Et il n’y a pas de vent. J’aimerais donc m’entretenir avec vous encore un instant. »

Je regarde un de mes gardes et je lui tends les fleurs. Doucement.

« Portez-les au Château. Shizuka s’en occupera. Et faites attention. Elles ont de la valeur. »

Je repose mon regard vers ce fleuriste.

« Mon mari vous verrait ici, il vous tuerait sur le champ. Les conditions actuelles ne sont pas ce qui le rassure le plus. Et moi non plus. Mais vous avez pris la peine de vous déplacer jusqu’ici en acceptant une requête difficile. Je me dois de vous remercier. »

Mon regard devient plus persistant alors que je scrute fermement les iris de mon interlocuteur.

« Mais j’aimerais fortement savoir qui... Ou plutôt ce que vous êtes. Votre aura est démoniaque. Pourtant, vous n’êtes pas un démon comme les autres. D’où venez-vous ? Et qui êtes vous réellement ? »


Lilith - Reine de Tenebrae
« Tu germeras et tu viendras à moi... » × by lizzou.
Lilith vous maudit en #5b238c / Merci mon chéri pour la signa ! ♥️
Des fleurs pour la reine [PV Lilith] 1b2l
Lilith Steenwal
Lilith Steenwal
Représentante des Succubes
Messages : 286
24.05.20 17:18
Revenir en haut Aller en bas
Armand Erianor

Des fleurs pour la reine




« Et qu’est-ce qui me prouve que vous me dites la vérité ? Mes Incubes ne sont pas très enclins à quitter le royaume en ce moment... »

Et le peu qui en sortaient avaient assez peur pour se cacher. J'avais senti la peur de l'incube, son sentiment d'insécurité. Les démons avaient peur. Cependant, il avait prit de sacrés risques en venant me voir, comme si sa Reine était ben plus importante que les risques encourus. Un léger tressaillement d'un des gardes semblait contredire la Reine. Serait-il prêt à sortir du royaume si cela pouvait amener une quelconque forme de réconfort à sa Reine? J'en était sur. Mais un garde ne quittait jamais son poste. Il n'avait donc que peu de moyens d'exprimer sa compassion. La Reine sembla soudain se décider à avancer pour prendre le bouquet. Je retins de peu un soupir de soulagement.

« Je vois. Et... Vous avez pris autant de risque pour franchir ces frontières ? Vous savez que les intrusions ne sont pas des plus appréciées en ce moment. »

Un risque? Quel risque? J'étais assez fort pour me défendre, et ma forme de corbeau m'aurait permis de fuir en cas de problème. Mais bon, pour fuir, il faut avoir un minimum de cervelle, et la mienne avait tendance à disparaitre pendant les combats. Je n'étais pas non plus suicidaire, mais je ne fuyais qu'en cas d'extrême urgence. Cette histoire de risque m'avait arraché un léger grognement. Il serait clair pour la Reine que je me foutais complètement des risques en question. Allez savoir ce qu'elle allait en penser.

« Le comportement d’un de mes gardes me fait croire que vous dites la vérité. Je vais donc considérer ces fleurs et le message qui va avec. »

J'adressais un léger sourire de remerciement au garde en question, et un autre plus grand à la Reine. J'étais juste heureux de la livraison et je ne voyais aucune raison de le cacher. Par contre, elle ne semblait pas avoir pris mon avertissement sur la tempête au sérieux.

« Oh... ? Vous êtes météorologue en plus d’être fleuriste ? »

Au lieu de répondre à la question, je me concentrais sur le ciel, cherchant à voir avec quelle force le ciel allait nous frapper, mais une autre question de la Reine attira mon attention.

« Il ne pleut pas. Et il n’y a pas de vent. J’aimerais donc m’entretenir avec vous encore un instant. »

Le grondement familier que déclenchaient les tempêtes en moi commençait à se faire sentir. Je contrôlais mon énergie, histoire de pas me faire attaquer parce que mes pouvoirs aimaient les tempêtes et avaient tendance à le faire sentir de manière peu discrète.

« Portez-les au Château. Shizuka s’en occupera. Et faites attention. Elles ont de la valeur. »

La remarque me tira un haussement de sourcil surpris. Je m'attendais à ce qu'elle accepte le bouquet, mais pas la signification qui allait avec. En général, les gens s'en foutaient totalement.

- Merci. Peu de gens acceptent la signification des bouquets. Et encore moins pensent qu'ils puissent avoir de la valeur.
« Mon mari vous verrait ici, il vous tuerait sur le champ. Les conditions actuelles ne sont pas ce qui le rassure le plus. Et moi non plus. Mais vous avez pris la peine de vous déplacer jusqu’ici en acceptant une requête difficile. Je me dois de vous remercier. »

Avoir un époux protecteur durant des temps aussi agités était une bénédiction. Et je n'avais absolument pas réfléchi aux conséquences d'une rencontre avec le Roi. Ouaip, j'aurais très surement morflé. Et même pas sur qu'il m'ait écouté. J'avais de la chance d'être tombé directement sur la Reine.

« Mais j’aimerais fortement savoir qui... Ou plutôt ce que vous êtes. Votre aura est démoniaque. Pourtant, vous n’êtes pas un démon comme les autres. D’où venez-vous ? Et qui êtes vous réellement ? »
- Ne me remerciez pas, c'est mon travail.

Je me demandais sérieusement si c'était une bonne idée de lui dire que je venais d'un monde qu'elle avait détruit, et que ça me dérangeais pas plus que ça. D'un autre coté, elle n'allait pas me laisser partir sans avoir de réponse, et je n'étais pas sur de pouvoir changer de forme assez vite pour fuir. La tempête serait donc ma porte de sortie, je n'avais plus qu'à gagner du temps. Je ne savais pas pourquoi, mais mon instinct me disais de garder mon identité secrète.

- Il n'y a plus de démons comme moi depuis des siècles.

Aucun regret dans ma voix, même pas de la nostalgie. Mon peuple n'avait jamais eu de notion d'amour ou d'attachement, seule la survie du groupe comptais. Je levais les yeux au ciel, maudissant la tempête de ne toujours pas être la. Mis le grondement que je ressentais me disais qu'elle n'étais plus très loin.

- Les miens ont disparu en même temps que ma terre natale. Il ne reste que moi maintenant.

C'était vague, mais quand même une réponse. Au loin, je voyais des nuages d'un noir d'encre arriver à toute vitesse. Enfin. Selon les réactions de la Reine, il se pouvait que je tente de fuir. La méfiance que l'attaque avait suscitée était bien trop forte pour avouer qu'elle avait massacré mon peuple et détruit ma planète. Qui ne penserait pas à une vengeance dans ce cas?

- Vous devriez rentrer, la tempête sera bientôt la.



Codage par Libella
Armand Erianor
Armand Erianor
Démon des Tempêtes
Messages : 9
02.06.20 18:12
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Steenwal
Ma question sur la dite vérité de ce démon ne semble pas lui faire plus d’effet que cela. Je pourrais mal le prendre et lui ordonner de me répondre. Mais je constate par observation qu’il a suivi mon regard vers mon subalterne un peu plus agité sous mes mots. Je laisse donc couler cette affaire, faisant confiance à mes sujets pour ne pas insister davantage. Et je viens doucement me saisir de ce bouquet dont le livreur me fait l’éloge. Je peine encore à comprendre les risques qu’il a pris pour venir jusqu’ici alors que les temps actuels me feraient faire tuer quiconque passe les frontières de mon royaume. Des risques qu’il semble ne pas du tout prendre en considération. Ce grognement que je perçois me dis que j’ai du le blesser dans son ego. Probablement qu’il ne craint pas ce qui pourrait arriver. Et bien il a de la chance que mes subalternes prouvent silencieusement ses bonnes attentions. Sinon, son grognement aurait fini sa course au fin fond d’un corps mort sous des coups si rapides que ce fleuriste n’aurait pu les voir.

Mais je laisse bien vite les souvenirs de ces derniers jours douloureux de côté. Il semblerait que la situation ne soit pas hostile. J’observe chaque mouvement de cet étranger tout en acceptant ce sourire de remerciement. Mais cette histoire de tempête me passe bien à côté. Je ne perds pas ma concentration sur la situation et sans avoir une preuve visible de ce que ce pseudo météorologue avance, je préfère tirer plus d’informations sur ce qu’il est réellement. Un démon ne peut échapper à mes analyses. Je suis curieuse de savoir d’où il vient. Je fais parvenir les fleurs au château pour m’en libérer avant de me lancer plus en profondeur dans mon investigation. « Merci. Peu de gens acceptent la signification des bouquets. Et encore moins pensent qu'ils puissent avoir de la valeur. » Je me retrouve tout aussi étonnée que ce démon à ces mots. Je m’approche alors de lui en fixant son air surpris.

« Vous venez de me dire qu’il y avait de la valeur dans leur signification et mes sujets semblent aller en votre sens. Alors je vous crois en ce qui concerne ces fleurs. »

Mais ce n’est pas pour autant que je baisse ma garde. D’ailleurs, un rappel sur la nature de mon mari ne fait pas de mal pour bien remettre les choses dans leur contexte. Ainsi que ma question plus directe. « Il n'y a plus de démons comme moi depuis des siècles. » Mon visage se crispe légèrement sous cette annonce même si je ne bouge pas d’un pouce. Je garde le silence sans lâcher ce démon du regard. « Les miens ont disparu en même temps que ma terre natale. Il ne reste que moi maintenant. » Cette fois, je ne peux m’empêcher de me crisper davantage. Mon regard s’assombrit légèrement alors que je tourne doucement la tête vers mon Gardien caché non loin. Un signe qui lui ordonne silencieusement de se tenir prêt au moindre geste brusque. Car je ne suis pas idiote. Les démons ne disparaissent pas si facilement et ces propos ne font que correspondre à une époque lointaine où j’étais l’héroïne.

« Je suis navrée de l’apprendre. »

Si je suis navrée ? Je ne le pense pas. Peut-être juste parce qu’il s’agit d’un démon et que cette espèce ne devrait jamais subir de dommages. Mais toutes ces planètes que j’ai détruites, je n’en ai pas le moindre remords aujourd’hui. Et quoi que puisse penser ce Démon créateur qui m’a tourné le dos, je m’en réjouis encore. Je suis active. Mais différemment. Mon but aujourd’hui, c’est la Terre. Et la destruction de ceux qui souhaitent vengeance.

« Vous devriez rentrer, la tempête sera bientôt la. »
« Croyez-vous sincèrement qu’une tempête m’effraie ? Pourquoi tant insister sur ce ravage qui tombera bientôt ? Ne me dites pas que vous cherchez à assurer ma protection... »

Des mots lâchés avec une certaine ironie mais surtout, avec un ton de voix bien plus ferme et moins chaleureux. Les propos de ce démon me tiennent en alerte. Est-il venu pour seulement livrer des fleurs... ? Et même si c’était le cas, si je suppose juste, il ne doit pas tenir de bons souvenirs me concernant. Se vengera-t-il un jour ? Je serre doucement les poings avant de me rapprocher. Je sens que Sama’el bouge mais alors que je m’arrête dans mon geste, mon aura l’intime doucement de ne pas encore s’en mêler. Ce n’est pas le moment de déclencher une guerre. Surtout pas maintenant que mon clan est encore sous le choc de ce qu’il vient de se passer. Mes problèmes premiers restent les soucis qu’Ennoros engendrent ainsi que ceux de mon Père devenu traitre à ma cause.

« Soit. Vu que vous souhaitez vous dérober soudainement à ma présence, je vais aller me mettre à l’abri. »

Je regarde alors ce démon avec un léger sourire avant de lui tendre la main pour lui dire au revoir. Je n’insisterai pas plus maintenant mais ce n’est pas terminé.

« Cependant, j’ai besoin d’autres réponses. Alors soyez assuré que nous nous reverrons très vite. Merci pour la livraison des fleurs. Elles sont vraiment très belles. »


Lilith - Reine de Tenebrae
« Tu germeras et tu viendras à moi... » × by lizzou.
Lilith vous maudit en #5b238c / Merci mon chéri pour la signa ! ♥️
Des fleurs pour la reine [PV Lilith] 1b2l
Lilith Steenwal
Lilith Steenwal
Représentante des Succubes
Messages : 286
19.06.20 21:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: